Agence de presse APS du 24 avril 2024

Derniers articles d'APS.dz

 
  • Ecole des cadets de la Nation de Blida: une formation scientifique de haut niveau et des succès consécutifs - 23 avril 2024
    BLIDA - L'école des cadets de la Nation "Chahid Zemit Hamoud", de la 1ère région militaire (1ére RM) à Blida, assure une formation académique de haut niveau et une prise en charge totale des cadets, qui se reflètent par d'excellents résultats académiques obtenus à chaque fin d'année scolaire, a affirmé, mardi, le commandant de cet établissement de formation. Lors d'une visite guidée organisée, aujourd'hui, au profit des représentants des médias nationaux à cet établissement scientifique, le responsable militaire a précisé que cette école, qui compte environ 558 cadets, dont 172 cadettes, issus de différentes wilayas du pays et qui étudient au secondaire, constitue un maillon essentiel dans le système de formation de l'Armée nationale populaire (ANP). Il a ajouté que l'Ecole des cadets de la Nation de Blida, qui fait partie d'une dizaine d'écoles similaires à travers le pays, est l'un des établissements scientifiques et de formation les plus importants assurant une élite militaire de cadres compétents, imprégnés de l'esprit patriotique, de l'amour de la patrie et de la fierté d'appartenance à la nation.  Cette visite, qui s'inscrit dans le cadre du plan de communication de l'ANP et en soutien au lien armée-nation, a permis de s'enquérir de toutes les capacités matérielles et moyens pédagogiques nécessaires dont dispose l'école pour une formation parfaite des cadets à tous les niveaux: scientifique, intellectuel et physique, ce qui transparait à travers les résultats scolaires positifs enregistrés. L'école réalise à chaque fin d'année scolaire, un taux de réussite au Baccalauréat entre 98 et 100%, un taux qui reflète l'efficacité de la méthode d'enseignement adoptée, sachant que le nombre d'étudiants ne dépasse pas 16 par classe, en sus du souci d'assurer une ambiance conviviale qui compense leur éloignement de leurs familles, selon les précisions fournies aux journalistes. La délégation de journalistes a, par ailleurs, visité les différentes structures de l'Ecole, un des acquis les plus importants dont s'est doté le système de formation de l'ANP, à l'instar de la bibliothèque qui dispose de près de 28.000 publications dans les domaines scientifique, culturel et intellectuel, outre le groupe pédagogique, le complexe sportif, la clinique médicale qui assure la prise en charge sanitaire des cadets tout au long de leur cursus scolaire, et la résidence des cadets. Cette structure de formation qui se veut un prolongement de l'école des cadets de la Révolution, adopte le même programme d'enseignement et le même volume horaire appliqué par le ministère de l'Education nationale, et est placée sous sa tutelle et celle du ministère de la Défense nationale. Les cadets sont encadrés par des enseignants compétents délégués par le ministère de l'Education et suivent un programme de formation paramilitaire pour leur enseigner les règles fondamentales de discipline et les valeurs nationales et de l'éthique militaire.
  • Chanegriha en visite de travail et d'inspection en 3ème Région militaire - 23 avril 2024
    ALGER - Le Général d'Armée Saïd Chanegriha, Chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a effectué, mardi, une visite de travail et d'inspection en 3ème Région militaire, dans le cadre de ses visites régulières aux différentes Régions militaires, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. "Dans le cadre des visites régulières aux différentes Régions militaires et du suivi de l'exécution du programme de préparation au combat au titre de l'année 2023/2024, Monsieur le Général d'Armée Saïd Chanegriha, Chef d'Etat-major de l'ANP, effectue à partir d'aujourd'hui mardi 23 avril 2024, une visite de travail et d'inspection en 3ème RM", précise la même source. La visite a été entamée depuis le Secteur opérationnel Sud Tindouf, où après la cérémonie d'accueil donnée par le Général-major Mustapha Ismaili, Commandant de la 3ème RM, le Général d'Armée a prononcé une allocution d'orientation, diffusée par visioconférence à l'ensemble des cadres et des personnels de la Région et à travers laquelle il leur a "transmis les salutations, l'estime et les remerciements de Monsieur le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, Chef Suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, avant de souligner que la préparation au combat est le portail d'accès vers le développement, la disponibilité et la performance opérationnelle escomptés". "Je saisis l'occasion de cette visite pour transmettre les salutations, l'estime et les remerciements de Monsieur le président de la République, Chef Suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, à l'ensemble des personnels de cette Région, mobilisés sur chaque parcelle de ses frontières", a affirmé le Général d'Armée. Le chef d'Etat-major de l'ANP a souligné que "la disponibilité que nous œuvrons à concrétiser sur le terrain, au niveau de cette importante Région, avec tout ce qu'elle comprend comme dispositifs opérationnels et unités de combat, nécessite l'observation des exigences de la préparation au combat, dans toutes ses formes, branches et spécialités". "La raison en est que parmi les éléments de puissance, qui ont des résultats certains et une efficacité prouvée, auxquels l'ANP réserve un intérêt particulier, figure la préparation au combat, qui représente le portail d'accès vers le développement et la disponibilité escomptés, ainsi que vers la performance opérationnelle qui correspond à la nature des missions assignées", a-t-il soutenu. Le Général d'Armée a affirmé que "l'ANP veille, à l'aune des développements régionaux et internationaux, à entreprendre des démarches rationnelles et réfléchies, basées sur la combinaison entre l'acquisition des aptitudes au combat et du professionnalisme élevé". "En vue d'une adaptation continue à l'évolution de la situation dans notre environnement régional et international, et de faire face, efficacement, aux nouvelles menaces, nous avons entamé une préparation globale qui a touché les différentes composantes de l'ANP, avec la mobilisation des moyens humains et matériels, dans l'objectif de définir les contours du développement futur du corps de bataille de l'ANP", a-t-il précisé. "Au sein de l'ANP, nous avons fait de ces démarches rationnelles et réfléchies, un geste quotidien qui combine l'acquisition des aptitudes au combat et du professionnalisme élevé, à travers l'entrainement continu et l'exécution d'exercices de différents types, avec la foi en la cause nationale, la fidélité au serment des martyrs, l'imprégnation des valeurs patriotiques, le sens du sacrifice et la défense des intérêts vitaux du pays en toutes circonstances", a-t-il ajouté. A l'issue, le Général d'Armée Chanegriha a inauguré une salle polyvalente et a inspecté le Cercle du Djoundi et des unités relevant du Secteur opérationnel Sud Tindouf, où il donné aux personnels "un ensemble de directives et d'orientations portant, notamment, sur la poursuite des activités de préparation au combat, visant à permettre au corps de bataille de l'ANP d'atteindre le niveau d'excellence, dans tous les domaines, en insistant sur l'impératif de resserrer l'étau sur les activités de contrebande et du crime organisé, sous toutes ses formes", conclut le communiqué.
  • Boughali rencontre à Mascate les ministres omanais des Transports et de l'Energie - 23 avril 2024
    ALGER - Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Brahim Boughali a rencontré, mardi à Mascate (Sultanat d'Oman), les ministres omanais du Transport, de la communication et de la technologie de l'information, Saeed Bin Hamoud Al Mawali, et de l'Energie et des minéraux, Salim Bin Nasser Al Aufi, indique un communiqué de l'APN. Lors de sa rencontre avec le ministre omanais du Transport, de la communication et de la technologie de l'information, M. Boughali a passé en revue "l'état et les perspectives des secteurs des Transports, de la communication et de la numérisation en Algérie", soulignant "l'attachement du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à leur promotion et à leur développement". Il a souhaité, dans ce sens, "davantage d'opportunités d'échange d'expertises et de mise à profit des expériences pionnières, à la faveur de programmes d'action communs". De son côté, M. Saeed Bin Hamoud Al Mawali, s'est félicité "des relations séculaires algéro-omanaises", saluant "le rôle pionnier de l'Algérie dans le soutien des causes justes, notamment dans le monde arabo-musulman". Il a également passé en revue l'expérience omanaise dans le domaine des transports, de la communication et de la technologie de l'information, exprimant "sa volonté de tirer profit des expériences algériennes dans divers domaines, notamment dans le domaine de l'espace". Lors de sa rencontre avec le ministre omanais de l'Energie et des minéraux, M. Boughali a souligné "les grandes potentialités que recèlent les deux pays dans le domaine de l'énergie et des minéraux", lesquelles "permettent d'élargir les relations de coopération et de partenariat, notamment au regard de leur ambition commune de développer leurs économies respectives et diversifier leurs sources de richesse". A cet effet, le président de l'APN, a appelé "à l'établissement de partenariats effectifs et à l'échange d'investissements, au mieux des intérêts des deux peuples frères", exprimant "la disponibilité du Parlement algérien à accompagner et à soutenir cette orientation, à travers le renforcement des canaux de dialogue et d'action commune". Pour sa part, M. Salim Bin Nasser Al Aufi a passé en revue l'expérience du Sultanat d'Oman dans "la prospection et l'exploitation des produits pétroliers et gaziers", citant "plusieurs domaines communs d'investissement dans les secteurs de l'énergie, des minéraux, des énergies renouvelables et de l'hydrogène", d'autant que l'Algérie compte parmi "les meilleures destinations d'investissement dans le monde". M. Boughali et la délégation l'accompagnant ont effectué, ensuite, une visite de courtoisie au Mufti général du Sultanat d'Oman, Ahmed Ben Hamad Ben Sliman Al Khalili, avant de rencontrer au siège de l'Ambassade d'Algérie, des représentants de la communauté nationale établie au Sultanat d'Oman, conclut le document.
  • Rapatriement d'Algériens décédés à l'étranger : clarification du ministère des Affaires étrangères - 23 avril 2024
    ALGER - Le ministère des Affaires Etrangères et de la Communauté nationale à l’étranger a apporté mardi une clarification à caractère informationnel, dans le cadre de l’amélioration globale des prestations des représentations diplomatiques et consulaires, notamment pour ce qui a trait au dossier du rapatriement des Algériens décédés à l’étranger. Après la publication de plusieurs articles de presse et la multiplication des sorties médiatiques et afin d’éviter tout amalgame laissé par certaines déclarations, il convient de rappeler que dans le cadre des efforts visant à prendre en charge les préoccupations des membres de la communauté nationale à l’étranger et conformément aux instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger a souligné que la prise en charge des frais de rapatriement vers l’Algérie des dépouilles mortelles des Algériens décédés, à l’étranger, est assurée par l’Etat algérien, en vertu des dispositions de l’article 72 de le loi de finances, au titre de l’année 2023. Cet article a amendé l’article 165 de la loi de finances complémentaire de 2021, qui limitait la prise en charge à la seule catégorie de "nécessiteux ou dont les familles justifient l’insuffisance des moyens de financement permettant la prise en charge de rapatriement". En effet, la mise en place de ce dispositif est en cours depuis 2023, date d’entrée en vigueur de la loi de finances 2023. Ainsi, les nationaux algériens résidents ou non-résidents, y compris ceux en situation irrégulière, décédés hors du territoire national, sont concernés par la prise en charge des frais de rapatriement de leurs dépouilles indépendamment de leurs situations financières. La prise en charge couvre les frais de transport terrestre dans le pays de décès, transport aérien vers l’Algérie ainsi que les frais des actes préalables (toilette mortuaire, la mise en cercueil, éventuels frais administratifs et taxes).
  • Attaf : la situation tragique à Ghaza en tête des priorités de l'Algérie au Conseil de sécurité - 23 avril 2024
    ALGER- Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ahmed Attaf, a affirmé, mardi à Alger, que la situation tragique dans la bande de Ghaza et la cause palestinienne demeuraient en tête des priorités de l'Algérie au Conseil de sécurité des Nations Unies, où elle continuera d'œuvrer pour un cessez-le-feu immédiat et permanent. M. Attaf, qui recevait la présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric Egger, a précisé que "la situation tragique dans la bande de Ghaza et la cause palestinienne, en général, demeurent en tête de nos priorités au Conseil de sécurité des Nations Unies, où nous continuerons de faire pression pour imposer un cessez-le-feu immédiat et permanent, faciliter les efforts humanitaires sans condition ni restriction et assurer la protection des civils palestiniens". L'Algérie "continuera aussi de rappeler la nécessité impérieuse de soutenir le droit historique et inaliénable du peuple palestinien à l'établissement de son Etat souverain et indépendant", a ajouté le ministre, soulignant que "c'est le seul moyen d'assurer une paix et une stabilité durables au Moyen-Orient". Et d'assurer que "le CICR peut compter sur la voix de l'Algérie au Conseil de sécurité pour défendre avec force sa mission humanitaire en tant qu'organisation indépendante, neutre et impartiale". M. Attaf n'a pas manqué, à cette occasion, de saluer "les efforts des équipes du CICR dans la bande de Ghaza, dans les territoires palestiniens occupés, où elles continuent de fournir des soins de santé de base et d'autres services vitaux dans des circonstances très difficiles". Le ministre a également rendu hommage aux efforts de ces équipes qui "continuent de braver tous les risques et toutes les difficultés pour sauver la vie des Palestiniens sans défense", déplorant "la perte tragique de ces femmes et de ces hommes courageux qui ont payé un lourd tribut en essayant d'améliorer la situation à Ghaza". M. Attaf a, par ailleurs, précisé que ses entretiens avec Mme Spoljaric Egger avaient permis de "passer en revue les relations solides et privilégiées entre l'Algérie et le CICR". Des relations, a-t-il dit, "fondées sur l'engagement constant de l'Algérie et son attachement au droit international humanitaire" et "tirant leur force des valeurs fondamentales de confiance, de soutien et d'entente mutuels auxquelles l'Algérie et le CICR sont si attachés". "Les relations entre l'Algérie et le CICR ont toujours été privilégiées et fructueuses, ayant même contribué à la promotion du droit international humanitaire", a affirmé le ministre, ajoutant que "les programmes de soutien humanitaire et de renforcement des capacités fournis par la mission du CICR en Algérie sont une preuve éloquente de la solidité de nos relations". Dans le même sillage, le ministre des Affaires étrangères a fait savoir que l'Algérie aspirait à "approfondir les discussions fructueuses amorcées, il y a trois mois à New York, avec le CICR au sujet de la cause palestinienne et d'autres crises dans notre région et au-delà, d'autant que le Comité s'est imposé, dans tous ces environnements instables, comme une force salutaire porteuse d'espoir et un partenaire clé en faveur de la paix et de la justice". Le ministre a, par ailleurs, réitéré la gratitude de l'Algérie envers le CICR, qui lui a remis les archives se rapportant à ses activités et actions humanitaires dans le pays durant la lutte d'indépendance.
  • Justice: Tabi souligne l’importance de maîtriser la numérisation - 23 avril 2024
    TEBESSA - Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, a souligné, mardi à Tébessa, " l’importance de maîtriser le processus de numérisation afin d’améliorer les services fournis aux citoyens par le secteur de la justice ". M. Tabi a indiqué, en marge de l’inauguration du siège de la nouvelle Cour de justice de Tébessa, dans le cadre d’une visite de travail dans cette wilaya, que la maîtrise par les fonctionnaires du secteur du processus de numérisation "contribuera à leur faciliter le travail, et à améliorer les services fournis aux citoyens, aux justiciables et aux avocats de la défense ". Inspectant la salle des archives de la nouvelle Cour, le ministre a appelé les fonctionnaires qui y activent à " recourir à la numérisation des inventaires et de l’archivage des dossiers judiciaires, ce qui permettra de retrouver ces dossiers chaque fois que cela sera nécessaire, à l’avenir, sans difficulté, tout en économisant de l’énergie et du temps ". M. Tabi a également indiqué que son département ministériel a adopté, dans le cadre du programme du gouvernement en matière de gestion des contentieux, d’amélioration des procédures et d’extension des services judiciaires à distance au profit des justiciables et des avocats, le projet de transformation vers le système électronique en matière civile, au niveau des Cours, à commencer par l’échange électronique de recours, de mémorandums et autres correspondances par Internet. Le ministre a également souligné " la nécessité de prendre en charge de manière optimale les personnes aux besoins spécifiques, les personnes âgées afin de fournir un service public de qualité, en adéquation avec les aspirations du citoyen, d’une part, et avec les installations et les équipements modernes dont dispose la nouvelle Cour de justice, d’autre part ". Lors de l’inspection de la salle de conférences de cette nouvelle structure, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, a appelé le président de la Cour et le procureur général à utiliser cette salle pour la formation des juges et des fonctionnaires du secteur, et à programmer des journées d’étude et des conférences sur les nouvelles lois, notamment celles relatives aux crimes de la traite des personnes, à la lutte contre la drogue, la contrefaçon et l’usage de faux. Le ministre a également présidé une séance de travail qui a réuni les cadres et les fonctionnaires du secteur de la justice, dans cette wilaya, au cours de laquelle il a écouté leurs préoccupations, qu’il a jugées "objectives " et qui seront, a-t-il affirmé, "prises en charge en fonction des priorités ". Il a rappelé, dans ce contexte, que le ministère de la Justice a libéré, au cours des dernières années, les promotions et procédé au recrutement de plus de 3.000 travailleurs afin de contribuer à l’amélioration de la vie sociale et des conditions de travail des fonctionnaires du secteur. Selon un exposé présenté au ministre, le nouveau siège de la Cour de Tébessa, qui a nécessité un investissement public de l’ordre d’un (1) milliard de dinars, s’étend sur une superficie totale de 24.000 m2 dont 6.178 m2 bâtis. La structure compte 7 étages comprenant 6 salles d’audience, une salle de conférences, une aile pour les avocats, une bibliothèque et un salon d’honneur, en plus de 135 bureaux pour les différents services, d’une salle des archives et de pièces de détention temporaire.
  • Médiature de la République: de nouvelles plateformes pour une meilleure prise en charge des préoccupations des citoyens - 23 avril 2024
    TIPASA - La Médiature de la République s'attèle à développer de nouvelles plateformes numériques, comme mécanismes visant à améliorer la qualité des prestations offertes par les structures publiques et à garantir une prise en charge efficace des préoccupations des citoyens, a indiqué lundi à Tipaza un responsable central de cette instance. Prenant part aux travaux d'une Journée de formation organisée par la délégation locale du Médiateur de la République en coordination avec l'inspection générale de Tipasa au siège de la wilaya, le Directeur de la numérisation, des systèmes d’information et de documentation à la Médiature, Youcef Lahouazi, a indiqué que l'instance s'attelait à développer périodiquement ses mécanismes de travail et travaillait également sur d'autres projets numériques qui s'ajoutent à la série de plateformes numériques déjà mises en place. Il s'agit de nouvelles plateformes qui seront créées pour renforcer la communication et la coordination avec les différentes institutions et administrations publiques locales et centrales, dont les plus importantes concernent la "numérisation du processus de réception et de traitement des requêtes et des doléances et la coordination avec les différents secteurs ministériels, outre la mise en service de mécanismes permettant l'amélioration continue de la qualité du service public". A cet égard, le responsable central a souligné la nécessité pour les institutions, administrations et organismes publics de s'engager dans cette démarche visant à adopter les technologies de l'information et de la communication comme outil efficace pour garantir la transparence et l'efficience du service public. Ceci est intervenu lors de la présentation du projet de la plateforme "Tansik", thème retenu pour la journée de formation organisée, lundi, au profit des présidents d'APC, des directeurs exécutifs, des responsables des administrations et des institutions publiques pour expliquer toutes les étapes des mécanismes de travail de cette plateforme, à commencer par l'ouverture d'un compte, son exploitation, l'introduction de données et d'informations et la consultation, quotidienne, des registres de doléances des citoyens au niveau des différentes instances publiques. Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait ordonné, lors d'une réunion du Conseil des ministres qu'il avait présidée le 23 octobre 2022, "la réactivation du rôle des registres de doléances des citoyens", de manière à faciliter le suivi de leur prise en charge en temps réel par les autorités publiques, au plus haut niveau, en l'occurrence la Présidence de la République, ce qui renforce la garantie des droits citoyens et la lutte contre la bureaucratie. En application de cette décision, les services du Médiateur de la République ont créé la plateforme numérique "Tansik", un mécanisme numérique garant de transparence. L'ouverture de cette journée de formation à Tipasa a été présidée par la Secrétaire générale de la wilaya, Karima Masnoua et encadrée par M. Lahouazi qui a présenté un exposé exhaustif sur les caractéristiques de l'application "Tansik", visant à assurer une meilleure prise en charge des doléances des citoyens et à y répondre dans les délais. L'application renferme d'autres volets, comme les correspondances avec les différentes administrations et institutions publiques locales et centrales, y compris les ministères, ce qui permet d'enregistrer les préoccupations des citoyens et de leur assurer une meilleure prise en charge, et ce de par leur suivi par les hautes autorités du pays.  L'importance de la plateforme "Tansik", en tant que service numérique destiné aux administrations et aux organismes publics, réside dans sa capacité à "économiser du temps et des efforts, et à réduire les coûts de traitement des doléances des citoyens, tout en garantissant un contrôle en amont et en aval" de la prise en charge des problèmes des citoyens par chaque wilaya, secteur ou administration. Cela inclut également l'analyse des données, la préparation de rapports détaillés à leur sujet, ainsi que la création d'une base de données nationale qui servira de mécanisme de suivi et d'évaluation par les autorités supérieures du pays, selon M. Lahouazi. De son côté, la Secrétaire générale de la wilaya a révélé la création d'une cellule conjointe entre l'Inspection générale de la wilaya et la délégation locale du Médiateur de la République chargée du suivi périodique de la gestion du dossier de numérisation des registres des doléances des citoyens au niveau des administrations et des institutions publiques, et de charger ces données dans l'application "Tansik". Ce dossier a également été introduit en vue de son examen chaque semaine et l'évaluation du processus de recensement électronique des registres lors du Conseil exécutif de wilaya présidé par le wali, a-t-elle dit, soulignant que les mécanismes numériques établis par la Médiature jouent un rôle essentiel dans la levée des obstacles et des contraintes, notamment dans le signalement des problèmes quotidiens des citoyens aux autorités de la wilaya, selon Mme Masnoua. L'application "Tansik" fait partie d'une série d'applications et de plateformes numériques développées par la Médiature dans le cadre de son programme visant à accompagner les transformations numériques, dont l'application "Aarayid (requêtes)" et d'autres plateformes, a conclu M. Lahouazi.
  • Boughali rencontre à Mascate le Vice-Premier ministre omanais chargé des relations et de la coopération internationale - 23 avril 2024
    ALGER - Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Brahim Boughali a rencontré, lundi à Mascate, capitale du Sultanat d'Oman, Cheikh Asa'ad Bin Tariq Bin Taimur Al Said, Vice-Premier ministre omanais chargé des relations et des affaires de coopération internationale et représentant spécial du Sultan d'Oman, Haïtham Bin Tariq Al Said, indique un communiqué de la chambre basse du Parlement. Lors de cette rencontre, M. Boughali a passé en revue "les relations de coopération et de fraternité existant entre l'Algérie et le Sultanat d'Oman, d'autant que les deux pays oeuvrent, sous la conduite éclairée du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, et de Sa Majesté le Sultan Haïtham Bin Tariq, au renforcement et à l'élargissement des relations pour englober tous les domaines, conformément à une vision prospective clairvoyante". Le président de l'APN a également souligné que "la visite qu'il effectue au Sultanat à la tête d'une délégation de députés s'inscrit dans le cadre du renforcement des canaux de concertation et de dialogue, de l'échange d'expériences et de savoirs, en sus de l'examen des voies et moyens de consolider ces relations". A cette occasion, M. Boughali a présenté "ses condoléances au Sultanat d'Oman pour les victimes des inondations qui ont touché certaines régions du pays", souhaitant "un prompt rétablissement aux blessés". Pour sa part, Cheikh Asa'ad Ben Tariq a salué "le niveau des relations de fraternité et d'amitié historiques et la grande entente unissant les deux pays", qualifiant la Révolution algérienne d'"exemple éloquent en termes de lutte pour l'émancipation". Il a également salué "les positions honorables de l'Algérie dans les différents fora internationaux", exprimant son souhait de "renforcer et consolider les relations à travers l'échange de visites de travail et l'exploitation des opportunités d'investissement dans les deux pays pour la réalisation de projets communs", conclut le communiqué.
  • Le président de la République regagne Alger - 23 avril 2024
    ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a regagné, lundi, Alger après avoir pris part à Tunis, à la première réunion consultative regroupant les dirigeants de l'Algérie, de la Tunisie et de la Libye. Le président de la République a été accueilli à son arrivée à l'Aéroport international Houari-Boumediene par le Premier ministre, M. Nadir Larbaoui, et le Chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le Général d'Armée Saïd Chanegriha. Les travaux de la 1ère Réunion consultative ont regroupé le président de la République, son homologue tunisien, M. Kaïs Saïed, et le président du Conseil présidentiel libyen, M. Mohamed Younes El-Menfi, au Palais de Carthage (Tunis) La Rencontre consultative a été sanctionnée par un communiqué final, dans lequel les dirigeants de l'Algérie, de la Tunisie et de la Libye, ont souligné la nécessité d'unifier les positions et d'intensifier la concertation et la coordination pour consolider les éléments fondamentaux de la sécurité, de la stabilité et du développement dans la région, et renforcer sa résilience face à l'émergence de variables régionales et de crises internationales successives.
  • Nécessité d'avoir des médias forts pour relever les défis auxquels fait face l'Algérie - 22 avril 2024
    CONSTANTINE - Le ministre de la Communication, Mohamed Laagab a insisté, lundi soir, depuis Constantine sur l’importance d'avoir "des médias forts pour relever les défis auxquels fait face l'Algérie" Dans une conférence de presse à l’issue d’une visite de travail qu’il a effectuée dans cette wilaya, le ministre a insisté sur "l’intensification des formations favorisant l’émergence des médias forts capables d’accompagner les efforts de développement engagés et relever les défis auxquels fait face l’Algérie". Il a dans ce cadre appelé les journalistes à aller vers la formation pour améliorer davantage leur niveau, les incitant à prévoir de concert avec des spécialistes, des ateliers de formation et des conférences dans leurs wilayas. Le ministre, qui a rappelé que plus de 300 journalistes avaient été formés à l’occasion de la tenue du Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) en plus d’autres journalistes formés dans le domaine sportif en attendant le lancement prochain de formations dans les spécialités économiques, a estimé que le journaliste doit "être une force de conviction" au service du développement national. Le ministre qui a salué les efforts déployés localement pour améliorer les conditions de travail des journalistes, a indiqué que sa visite à Constantine s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la célébration de la journée mondiale de la liberté d’expression. En outre, M. Laagab a fait part de "carences flagrantes en matière d’infrastructures" relevant de son secteur dans la wilaya de Constantine, citant dans ce cadre l’état des sièges de la station de la Télévision publique et de la radio ainsi que la société d’impression de l’Est et de l'entreprise Télédiffusion d'Algérie (TDA). Mettant en avant l’actif considérable dont dispose Constantine dans les domaines de l’information, la culture et l’histoire, entre autres, le ministre a cependant déploré "une faiblesse en matière d’infrastructures". Annonçant la réception le 5 juillet prochain d’un nouveau siège pour la radio de Constantine, le ministre a indiqué qu’une réflexion est en cours pour donner l’ancien siège de la radio de Constantine à la TDA en vue d’améliorer les conditions de travail dans cette dernière qui dispose de moyens technologiques de pointe et de compétences avérées. M.Laagab qui a indiqué que l’Etat veille à accompagner la presse à travers, notamment l’actualisation des lois et les différentes mesures prises par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune au profit des médias nationaux, sous forme d'aide indirecte, a indiqué que la "presse privée demeure indissociable de la presse nationale". Il a fait part de l’impact des syndicats qui représentent les journalistes dans l’amélioration des conditions de travail de la corporation et la promotion de ce métier. Par ailleurs, le ministre a salué le professionnalisme des médias nationaux dans le traitement des provocations marocaines s’agissant du match USM Alger et le club marocain du RS Berkane. "Les médias algériens méritent d’être salués pour la façon avec laquelle ils ont traité ce phénomène provocateur marocain", a indiqué le ministre.
  • Collectivités locales: réception de 134 zones d'activités de petite taille à la fin 2024 - 23 avril 2024
    ALGER - Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Brahim Merad a annoncé, mardi à Alger, la réception vers la fin 2024, de 134 zones d'activités de petite taille, dans le cadre de l'encouragement des initiatives d'investissement et d'un développement socioéconomique global. Le ministre qui s'exprimait devant la Commission des Affaires économiques, du développement, de l'industrie et du commerce à l'Assemblée populaire nationale (APN), a précisé que la réception de ces zones s'inscrivait dans le cadre "de la mise en œuvre du programme initial qui comprend 142 zones d'activités de petite taille, au niveau national, sur une superficie totale de 400 hectares dont l'aménagement a bénéficié d'une enveloppe financière de 15 milliards DA du Fonds de garantie et de solidarité des collectivités locales (FGSCL)". Il a indiqué que ce programme s'inscrivait dans le cadre "de la vision globale adoptée par les autorités publiques et visant à ériger les collectivités locales en unités attirant l'investissement", ce qui permettra, a-t-il dit, de "créer de la richesse et consacrer un développement socioéconomique global". D'autre part, M. Merad a indiqué qu'au titre de l'exercice 2024, 100 milliards DA ont été dégagés par le FGSCL, dans le but d'inscrire les différents programmes de développement au niveau local, une enveloppe qui a permis l'inscription de 5.380 projets". Par la même occasion, le ministre a affirmé que parmi les priorités du secteur figurait "la réhabilitation de certaines régions isolées, qui connaissaient un grand déficit en matière de développement, et ce, à travers la réalisation d'opérations de rattrapage visant à remédier à ces manques de développement, notamment au niveau des régions pauvres et fragiles, afin d'atteindre un équilibre dans le développement entre wilayas". A ce propos, il a rappelé que "les grands efforts consentis par l'Etat pour la relance et le soutien au développement économique équitable et durable, parallèlement à la préservation des acquis sociaux, en application des instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, s'appuient sur le travail participatif qui ouvre le champ de l'initiative à tous les acteurs". M. Merad a, en outre, mis l'accent sur "le renforcement de ces acquis à travers l'ensemble des régions du pays, par les programmes annuels de développement ou ceux supplémentaires, en soutien aux wilayas accusant un retard en matière de développement, outre les mesures qui permettent l'amélioration des conditions de vie des citoyens".
  • Installation de Said Chouaib au poste de Directeur général de l'ADA - 23 avril 2024
    ALGER - M. Said Chouaib a été installé, mardi à Alger, au poste de Directeur général de l'Algérienne des Autoroutes (ADA), en remplacement de M. Mohamed Khaldi, appelé à d'autres fonctions, a indiqué un communiqué du ministère des Travaux Publics et des Infrastructures de base. La cérémonie d'installation a été présidée par le Secrétaire général du ministère des Travaux Publics et des Infrastructures de Base, M. Ali Boulerbah, au siège de l'ADA, en présence des cadres centraux du ministère et des cadres de l'Agence, ajoute la même source.
  • Mutualité agricole: la CNMA sensibilise les céréaliculteurs du sud sur l'importance des assurances - 23 avril 2024
    ALGER - La Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) a organisé, à Ouargla, une rencontre régionale avec les céréaliculteurs du Sud afin de les sensibiliser sur l'importance des assurances agricoles pour la pérennité de leurs investissements et la sécurité alimentaire du pays, a-t-elle indiqué, mardi, dans un communiqué. Lors de cet évènement organisé lundi sous le thème "La CNMA comme outil indispensable pour le développement de la filière des grandes cultures et la garantie de la sécurité alimentaire", la mutualité agricole a réitéré son engagement envers le secteur agricole, affirmant "être l'outil financier par excellence pour sécuriser les investissements et le revenu des agriculteurs". "En tant qu'acteur majeur du développement agricole la CNMA s'engage à fournir des solutions d'assurance adaptées pour faire face aux risques menaçant la productivité et les investissements agricoles", a-t-elle assuré. Par ailleurs, la mutualité agricole a mis en exergue les potentialités des régions sahariennes qui "regorgent de ressources remarquables leur permettant de contribuer au renforcement de la sécurité alimentaire nationale. "Les conditions agro-climatiques spécifiques de ces régions offrent des opportunités uniques pour le développement de différentes filières, pouvant ainsi renforcer l'approvisionnement des grands centres urbains du Nord", a-t-elle fait valoir. Dans ce contexte, elle a rappelé que l'agriculture saharienne, durant la campagne céréalière de 2023, a comblé le déficit de la récolte enregistré dans les régions du Nord touchées par la sécheresse. La CNMA a également rappelé les efforts considérables déployés par les pouvoirs publics, en mettant en place divers programmes de développement dans les régions du sud afin de favoriser le développement socioéconomique de cette région. L'événement a réuni des représentants du CNIF-Céréales, des représentants des autorités locales, du ministère de l'Agriculture et du Développement rural, de l'INSID, de la Chambre de l'Agriculture, des directions des services agricoles, ainsi que des céréaliculteurs venant de plusieurs wilayas à savoir, Ouargla, Ghardaia, Laghouat, Meneaa, Adrar, In Salah, Biskra, El Oued. Cette journée a été l'occasion de débattre des défis rencontrés par la filière céréalière, de mettre en lumière les politiques adoptées pour y faire face, et d'analyser la situation en vue de trouver des solutions efficaces, ajoute le communiqué.  
  • Le président du CREA s'entretient avec le DG de l'OIT - 23 avril 2024
    ALGER - Le président du Conseil du renouveau économique algérien (CREA), Kamel Moula, s'est entretenu, à Alger, avec le directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT), Gilbert Houngbo, qui effectue une visite de travail en Algérie, indique mardi un communiqué de l'organisation patronale. Cette rencontre, qui s'est déroulée au siège du CREA, en présence de responsables du Conseil et de PDG d'entreprises adhérents à cette organisation patronale, a été une occasion pour M. Moula de présenter "le fonctionnement, les travaux et les objectifs du CREA, dont la mobilisation des entreprises adhérentes pour optimiser leur management santé et sécurité au travail (MSST)", évoquant également "l'engagement citoyen et solidaire des entreprises dans l'octroi aux salariés des avantages sociaux à l'occasion d'évènements traditionnels algériens, et ce, de manière volontaire". A cet effet, ajoute le CREA, un échange "fructueux et riche" s'en est suivi au cours duquel M. Moula a exprimé "la volonté du CREA d'atteindre un niveau de participation plus élevé et plus actif au sein de l'OIT". Pour sa part, M. Houngbo s'est félicité de "la vision collective, du dynamisme et de l'engagement des opérateurs du CREA et a encouragé l'organisation à poursuivre sa démarche active en vue de renforcer sa présence à l'international pour partager ses bonnes pratiques en matière de responsabilité sociétale des employeurs". A l'issue de l'entretien, M. Houngbo a été invité à visiter une entreprise adhérente au CREA et à y rencontrer ses délégués du personnel.
  • Vers la création de 4 instituts de formation spécialisés dans le domaine des mines - 23 avril 2024
    BISKRA - Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a révélé, mardi à Biskra, que quatre (4) instituts de formation spécialisés dans le domaine minier seront créés à travers le pays. Le ministre a précisé, au second jour de sa visite de travail et d’inspection dans cette wilaya, que son secteur reste "demandeur d’une main-d’œuvre hautement qualifiée, spécialisée dans le domaine minier", même si, a-t-il rappelé, il existe des structures de formation d’ingénieurs et de techniciens supérieurs relevant de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, il a été décidé de créer quatre (4) nouveaux instituts à travers le pays dont le premier sera ouvert dans la wilaya de Biskra. Les nouveaux instituts, devant être supervisés et encadrés par le groupe industriel public Sonarem, formeront des diplômés de "niveau international" qui auront suivi leur cursus en collaboration avec des entreprises étrangères spécialisées, dès lors que l’Algérie s’emploie, dans le cadre du développement de son économie, à assurer une formation de haut niveau conformément aux normes internationales dans le domaine minier. Notons que le ministre de l’Energie et des Mines poursuivra tout au long de la journée sa visite de travail dans la wilaya de Biskra où il inspectera plusieurs projets et équipements relevant de son secteur.
  • Air Algérie: une nouvelle offre dédiée aux familles algériennes pour les vacances d'été - 23 avril 2024
    ALGER - La compagnie aérienne nationale, Air Algérie, a annoncé mardi dans un communiqué, le lancement d'une nouvelle offre dédiée spécialement aux familles algériennes pour les vacances d'été. Baptisée "Osrah (famille)", cette offre s'inscrit dans le cadre de "notre engagement citoyen et en conformité avec le plan de gouvernement visant à améliorer les conditions de transport aérien", explique la même source. Elle permet aux familles de voyager ensemble sur un même vol aller-retour avec le même numéro de réservation, ajoute le communiqué, soulignant que l'offre comprend des réductions "significatives" sur les tarifs des billets. L'offre est disponible pour les réservations à partir du 22 avril, jusqu'au mois d'août 2024 pour des voyages à partir du 1er juin 2024, a-t-on précisé. S'agissant des tarifs, la compagnie nationale a révélé que les vols depuis l'Algérie vers l'étranger débutent à partir de 22.500 DA, tandis que les vols internationaux en provenance de l'étranger vers l'Algérie, débutent à partir de 168 euros (Tunis-Alger-Tunis). Un billet de Marseille (France) vers l'Algérie, à titre d'exemple, est cédé à 199 euros, selon Air Algérie qui a invité ses clients à contacter ses agences ou son service client au: +21321986363 pour plus de détails.  
  • Plus de 50 % des périmètres agricoles du pays raccordés au réseau électrique - 23 avril 2024
    OULED DJELLAL - Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a affirmé, lundi dans la wilaya d’Ouled Djellal, que le taux d’électrification des périmètres agricoles du pays a dépassé les 50 %. "Sur les 100.000 périmètres agricoles recensés en Algérie, en coordination avec le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, plus 56.000 périmètres sont raccordés au réseau électrique, tandis que 14.000 autres le seront "d’ici à la fin de l’année", a précisé M. Arkab lors d’un point de presse organisé dans la zone agricole de Noumeur, dans la commune de Doucen, en marge de la mise en service du projet de raccordement de cette zone au réseau électrique. Le ministre, qui effectuait une visite d’inspection et de travail dans la wilaya d’Ouled Djellal, a souligné que le raccordement des périmètres agricoles au réseau électrique "s’inscrit dans le cadre de la politique et des objectifs du gouvernement en matière de sécurité alimentaire et de soutien à la production nationale", rappelant également que les nouvelles wilayas ont bénéficié de plusieurs programmes visant à étendre les surfaces agricoles et à fournir l’énergie électrique à tous les agriculteurs. Après avoir présidé, au chef-lieu de wilaya, une cérémonie de pose de la première pierre d’une centrale solaire photovoltaïque de 80 mégawatts sur une superficie de 160 hectares, M. Arkab a déclaré que ce projet, qui devrait entrer en service au bout d’un délai de 18 mois, est "l’un des projets énergétiques les plus importants de la région" dès lors qu’il constituera, une fois opérationnel, un "atout important" pour la wilaya au point de vue économique, en général, et au plan agricole, en particulier. Il a ajouté que son département ministériel "s’emploie à fournir de l’électricité, en quantité et en qualité, aux usines et aux zones d’activité, notamment dans les nouvelles wilayas pour éviter les fréquentes coupures électricité, surtout durant la saison chaude". Au cours de sa visite dans la wilaya d’Ouled Djellal, le ministre de l’Energie et des Mines a également présidé la cérémonie de mise en service d’un nouveau point de départ de moyenne tension (30 kilovolts) et un projet de raccordement de la zone de Lahouel (commune de Sidi Khaled) au réseau de gaz naturel. Le ministre était accompagné des présidents-directeurs généraux (PDG) du groupe Sonelgaz, Mourad Adjal, et de Naftal, Djamel Cherdoud, ainsi que du président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures, Rachid Nadil, de cadres du son ministère, et du wali d’Ouled Djellal, Aïssa Aziz Bouras.
  • Inapi: Près d'une centaine de plaintes relatives à la contrefaçon traitées en 2023 - 22 avril 2024
    ALGER - Près d'une centaine d'affaires relatives à la contrefaçon et à l'atteinte à la propriété intellectuelle ont été traitées annuellement par les juridictions compétentes en 2023, a indiqué lundi à Alger un responsable de l'Institut national algérien de propriété intellectuelle (Inapi). S'exprimant lors des 6e Journées internationales Marque et Contrefaçon, le chef de département de la réglementation et de l'information de l'Inapi, Mohamed Sabbagh, a expliqué que ces affaires concernent des violations de propriété industrielle dans plusieurs secteurs d'activité, notamment les produits agroalimentaire et les produits cosmétiques. "Le nombre des plaintes s'accroît au fil des années", a-t-il noté, ajoutant que ces plaintes sont déposées par des propriétaires de marques algériennes mais également de quelques entreprises étrangères. Pour endiguer ce problème "qui pèse sur l'économie nationale et entrave l'innovation", M. Sabbagh a souligné l'impératif de sensibiliser les opérateurs algériens et les innovateurs sur l'intérêt de protéger leurs marques et de déposer leurs brevets d'invention. Par ailleurs, le responsable a évoqué le problème des produits contrefaits commercialisés à l'étranger sous des labels algériens. "Nous avons reçu plusieurs plaintes de la part d'opérateurs nationaux dont les marques sont utilisées à l'étranger par des contrevenants en Europe ou même dans des pays du Maghreb", a-t-il regretté, précisant qu'il s'agit essentiellement de marques de produits agroalimentaires. Dans ce sens, il assuré que "les autorités se penchent sérieusement sur ce problème" et qu'une réunion est prévue mercredi prochain au ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger pour discuter des voies et moyens d'aider les opérateurs à protéger leurs marques à l'international. Présent à cette rencontre, le président du Conseil d'administration de l'Autorité de régulation des postes et des communications électroniques (ARPCE), Mohamed El Hadi Hannachi, a estimé que le phénomène des produits contrefaits s'est amplifié avec le développement du commerce électronique. Pour lui, la loi 18-05 relative au commerce électronique ne suffit plus à elle seule pour lutter contre ce phénomène. "Si la contrefaçon utilise les technologies des plateformes, la lutte contre ce fléau devrait se faire par les même moyens notamment à travers l'adoption de solutions techniques performantes", a-t-il recommandé. Pour sa part, Mustapha Mouhoun, cadre de l'Institut algérien de normalisation (Ianor), a prévenu des effets de la contrefaçon qui est à l'origine d'une "économie souterraine", privant l'Etat de recettes fiscales importantes. Il a mis en avant le rôle de la normalisation dans le domaine de la détection, de la prévention et du contrôle de la fraude relatives aux produits.
  • Oualid examine avec le DG de l'OIT les moyens de renforcer la coopération bilatérale - 22 avril 2024
    ALGER - Le ministre de l'Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, Yacine El-Mahdi Oualid, a reçu, lundi à Alger, le Directeur général (DG) de l'Organisation internationale du travail (OIT), Gilbert Houngbo, avec lequel il a examiné les moyens de renforcer la coopération dans le domaine de l'entrepreneuriat, indique un communiqué du ministère. Lors de cette audience, qui s'est déroulée au siège du ministère, M. Oualid a donné un aperçu du climat d'entrepreneuriat en Algérie, mettant en avant les principales mesures prises par l'Etat algérien pour promouvoir l'écosystème des start-up et des micro-entreprises, précise le communiqué. Le ministre a également évoqué "la coopération entre l'OIT et le ministère, notamment s'agissant de l'auto-entrepreneur et de la création de centres de développement de l'entrepreneuriat à travers l'ensemble des universités du pays, en partenariat avec le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique", ajoute la même source. Pour sa part, M. Houngbo, qui effectue une visite en Algérie, a souligné l'attachement de l'OIT au renforcement de ses relations de coopération avec l'Algérie dans le domaine des start-up, affichant la disposition de l'organisation à contribuer aux efforts de l'Algérie, aux niveaux local et continental, en faveur de la promotion de l'esprit d'entrepreneuriat, conclut le communiqué.
  • Djazagro: la 21e édition sous le signe de l'innovation - 22 avril 2024
    ALGER - Plus de 650 exposants, algériens et étrangers, participent à la 21e édition du Salon professionnel de la production agroalimentaire "Djazagro 2024" qui a ouvert ses portes, lundi, au Palais des expositions d'Alger, pour présenter aux professionnels et au grand public les dernières innovations dans ce domaine. Venues de 28 pays, les entreprises participantes exposent tout au long de ce salon, qui se déroule jusqu'au 25 avril en cours, des nouvelles technologies notamment dans les domaines d'équipements, du conditionnement alimentaire, d'emballage, du process agroalimentaire, des ingrédients et d'arômes, d'hygiène et de sécurité alimentaire. Selon le co-organisateur de l'évènement, Nabil Bey Boumezrag, 41% des exposants activent dans le domaine de matériels et équipements destinés au process agroalimentaire, notamment la boulangerie et pâtisserie. Ainsi, les visiteurs peuvent découvrir, entre autres, de nouvelles installations complètes de transformation et des solutions technologiques proposées pour l'industrie laitières, couvrant l'ensemble de la chaîne de production y compris la réception du lait, la pasteurisation, le traitement de sérum. En matière de packaging qui représente 23% de la manifestation, les professionnels peuvent découvrir de nouveau types d'emballage aseptiques et non-aseptiques destinés aux différents secteurs d'activité, des étiqueteuses de nouvelle génération, conçues selon un système innovant offrant une vitesse d'impression supérieure et une connectivité améliorée. Pour mettre en exergue les innovations présentées au salon, un concours est organisé récompensant les meilleurs solutions innovantes dans le domaine (équipements, produits, services, techniques..). En effet, 22 dossiers ont été présélectionnés dans le cadre de ce concours Djaz'Innov, dont la remise des prix est prévue pour le dernier jour de la manifestation. D'autre part, des conférences sur des thématiques en rapport avec le secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire seront également organisées durant le salon. Les communications porteront notamment sur le problème du gaspillage alimentaire, les produits Bio, les enjeux de la traçabilité et la labellisation des produits de terroir, la sécurité alimentaire, les opportunités d'exportation en Afrique et la conformité des produits alimentaires.
  • Agression sioniste : Plus de 130 arrestations dans la nuit à New York après des manifestations - 23 avril 2024
    NEW YORK - Plus de 130 personnes ont été arrêtées à New York devant des locaux de la prestigieuse université NYU, après des manifestations étudiantes contre l'agression sioniste en cours contre la Palestine, a indiqué mardi la police, citée par des médias.    Ces 133 personnes ont été relâchées, a affirmé un porte-parole de la NYPD, la police new-yorkaise. Un responsable des forces de l'ordre, Kaz Daughtry, a publié sur X la lettre de l'université demandant à la police d'intervenir "pour évacuer les manifestants". "S'ils refusent de partir, nous demandons à la NYPD de prendre des mesures coercitives en conséquence, pouvant aller jusqu'à l'arrestation", selon ce courrier. Plusieurs campus américains se sont de nouveau embrasés ces derniers jours en raison de l'agression sioniste en cours contre la Palestine, des étudiants organisant des manifestations et des sit-in pour réclamer la fin de cette agression barbare. Une centaine d'étudiants avaient déjà été interpellés la semaine dernière à l'université Columbia, également à New York. Là encore, la présidente de l'établissement avait demandé à la police d'intervenir. L'agression en cours contre Ghaza depuis le 7 octobre 2023 a fait plus de 112.000 victimes entre martyrs et blessés, pour la plupart des enfants et des femmes, en plus de destructions massives et de la famine qui ont coûté la vie à des enfants, selon des données palestiniennes et onusiennes.
  • Agression sioniste: La Norvège appelle à la reprise des aides à l'Unrwa - 23 avril 2024
    OSLO - La Norvège, qui préside le groupe des donateurs pour la Palestine (AHLC), a exhorté mardi tous les pays à reprendre leurs aides à l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), ont rapporté des médias. "Je suis très heureux que des pays comme l'Australie, le Canada, la Finlande, l'Allemagne, l'Islande, le Japon et la Suède soient déjà revenus sur leur décision et aient repris leur financement à l'Unrwa", a dit le chef de la diplomatie norvégienne. "J'aimerais maintenant appeler les pays qui gèlent encore leurs contributions à l'Unrwa, à reprendre leur financement", a ajouté Espen Barth Eide, dans un communiqué. La Norvège est l'un des rares grands donateurs à avoir décidé de maintenir son aide à l'Unrwa. Auparavant, le Commissaire européen à l'Aide humanitaire et à la Réaction aux crises, Janez Lenarcic, avait exhorté les donateurs internationaux à financer l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). L'UNRWA fait face à des difficultés financières et des blocages de l'entité sioniste qui a accusé (sans fournir de preuves selon le rapport final publié lundi par le groupe d'examen indépendant dirigé par l'ancienne ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna) une douzaine de ses 13 000 employés à Ghaza d'avoir participé à l'opération "Déluge d’al-Aqsa", le 7 octobre 2023. Cela a conduit de nombreux pays donateurs à suspendre brusquement leur financement à l’agence, menaçant ainsi ses efforts visant à fournir une aide désespérément nécessaire à Ghaza, où l’ONU a mis en garde contre une famine imminente. L'agression en cours contre Ghaza depuis le 7 octobre a fait plus de 112.000 victimes entre martyrs et blessés, pour la plupart des enfants et des femmes, en plus de destructions massives et de la famine qui ont coûté la vie à des enfants, selon des données palestiniennes et onusiennes.
  • 8.430 palestiniens arrêtés depuis le 7 octobre - 23 avril 2024
    RAMALLAH - Les institutions des affaires des prisonniers en Palestine ont indiqué que le bilan des campagnes sionistes d’arrestations, depuis le 7 octobre dernier, s’est élevé a plus de 8.430 civils arrêtés, en Cisjordanie occupée et à El Qods occupée, alors que les détenus de Ghaza sont toujours en "détention de dissimulation forcée", rapporte mardi Wafa. Les institutions des prisonniers (La Commission des prisonniers et ex-prisonniers, le Club du prisonnier et l’institution d’Addamer pour le suivi des affaires du prisonniers et les droits de l’Homme) ont souligné, dans un communiqué de presse, que le bilan des femmes arrêtées s’alourdit à 280 détenues, y compris celles qui ont été arrêtées dans les territoires palestiniens occupés de 1948, et celles arrêtées en Cisjordanie occupée. En outre, les cas d’arrestations parmi les enfants a atteint 540, alors que 66 journalistes ont été également arrêtés, dont 45 sont toujours en détention et 23 ont été placés en détention administrative, selon la même source. De plus, les ordres de détention administrative a atteint plus de 5210 ordres, depuis le 7 octobre 2023, contre les civils, y compris des femmes et des enfants. Elles ont noté que les campagnes d'arrestations continues sont accompagnées de crimes et de violations croissants, des opérations de dénigrement et des agressions physiques et verbales, des menaces contre les détenus et leurs familles, ainsi que des opérations de sabotage et de destruction à grande échelle dans les maisons des citoyens, la saisie de véhicules, d'argent et d'or, ainsi que des opérations de destruction massives qui ont touché les infrastructures, en particulier dans les camps de Tulkaram, Jenin et son camp. En plus de ces campagnes d'arrestation, les forces d'occupation ont procédé à des exécutions sur le terrain, y compris des membres de la famille des détenus. A rappeler que 16 détenus palestiniens sont tombés en martyrs dans les geôles de l’occupation, depuis le 7 octobre 2023. De plus, 27 détenus de Ghaza ont été également martyrisés dans les geôles de l’occupation, mais les autorités sionistes refusent de donner des détails concernant ces martyrs. Le nombre de détenus dans les prisons de l'occupation, à fin mars dernier, s'élevait à plus de 9 500, dont plus de 3660 détenus administratifs et 849 détenus de Ghaza, chiffre disponible uniquement en tant que donnée officielle de l'administration pénitentiaire sioniste, selon Wafa.
  • Ghaza: la guerre génocidaire sioniste coute la vie à 4 895 étudiants - 23 avril 2024
    GHAZA - Le ministère palestinien de l'Education à Ghaza a rapporté que les attaques sionistes contre l'enclave depuis le 7 octobre ont fait 4 895 martyrs parmi les étudiants palestiniens. Le ministère de l'Education a affirmé lundi que la guerre génocidaire sioniste qui en est à son 200e jour, a fait 4 895 martyrs parmi les étudiants palestiniens, tandis que 400 écoles ont été endommagées. Il a également déclaré qu'"il n'organiserait pas d'examens de fin d'études secondaires pour l'année scolaire en cours, 2024-2023, pour la première fois dans l'histoire en raison des bombardements successifs ainsi que de l'invasion terrestre dangereuse des écoles par l' armée sioniste". Les attaques sionistes contre les écoles et les universités de la bande de Ghaza sont "systématiques", selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) dans les territoires palestiniens occupés. Le bureau de l'ONU avait précédemment déclaré qu'environ 92 % de tous les bâtiments scolaires de Ghaza étaient utilisés comme abris pour les personnes déplacées et que plus de 392 écoles, soit 79 % du total des bâtiments scolaires de Ghaza, avaient été endommagées, dont 141 écoles complètement détruites.
  • Hôpitaux de Ghaza: l'ONU veut une enquête internationale sur des fosses communes - 23 avril 2024
    GENEVE - L'ONU a réclamé mardi une enquête internationale sur les fosses communes découvertes dans les deux principaux hôpitaux de la bande de Ghaza, soulignant la nécessité d'une enquête indépendante face au "climat d'impunité" actuel. Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme s'est dit "horrifié" par la destruction du plus grand hôpital de Ghaza, al-Chifa, et du deuxième plus grand établissement hospitalier du territoire palestinien, le complexe médical Nasser de Khan Younès. Dans un communiqué, le Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Volker Türk, a demandé que des "enquêtes indépendantes, efficaces et transparentes soient menées". "Compte tenu du climat d'impunité qui prévaut, des enquêteurs internationaux devraient être associés à cette démarche", a-t-il estimé. "Les hôpitaux ont droit à une protection très spéciale en vertu du droit humanitaire international", a-t-il indiqué. "Et tuer intentionnellement des civils, des détenus et d'autres personnes considérées ‘hors de combat’ est un crime de guerre", a-t-il ajouté. Mardi, les équipes de secours de Ghaza ont affirmé avoir exhumé en trois jours les corps de 318 martyrs enterrées par les forces d'occupation dans des fosses communes à l'intérieur de l'hôpital Nasser de Khan Younès. Quant à l'hôpital d'al-Chifa, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait indiqué début avril qu'il avait été réduit à une "coquille vide" jonchée de dépouilles humaines par la dernière agression sioniste contre lui. Les hôpitaux de la bande de Ghaza ont été durement visés durant l'agression génocidaire sioniste dans le territoire palestinien. "Les victimes (retrouvées à l'hôpital Nasser) auraient été enterrées profondément dans le sol et recouvertes de déchets", a déclaré lors d'un point de presse une porte-parole du Haut-Commissariat, Ravina Shamdasani, ajoutant que des personnes âgées, des femmes et des blessés figuraient parmi les martyrs Palestiniens. D'autres auraient été "retrouvés les mains liées et sans vêtement". Elle a par ailleurs indiqué que le chiffre avancé par l'armée sioniste de quelque 200 personnes tuées lors du dernier assaut contre l'hôpital al-Chifa, entre le 18 mars et début avril, pouvait être "sous-estimé". A ce jour, a-t-elle dit, "nous ne pouvons pas corroborer les chiffres exacts" des personnes assassinées dans les deux hôpitaux : "c'est la raison pour laquelle nous insistons sur la nécessité d'enquêtes internationales".
  • Violation du droit international au Sahara occidental : les Sahraouis de France appellent à protéger les civils - 23 avril 2024
    PARIS - La communauté sahraouie de France a dénoncé, mardi, "les assassinats et les meurtres prémédités et toutes les violations du droit international" par l'occupant marocain, appelant le Conseil de sécurité de l'ONU, l'Union africaine et le Comité international de la Croix Rouge à "protéger les civils sahraouis" et "exige la libération des prisonniers politiques sahraouis des prisons marocaines". Dans un communiqué publié à l'occasion du huitième anniversaire de l'assassinat du jeune syndicaliste et activiste sahraoui, Ibrahim Saika, les Sahraouis de France ont souligné que la situation de la population sahraouie a connu, depuis la violation du cessez le feu par le Maroc et le retour des hostilités en Novembre 2020, "une rapide détérioration, dans les territoires occupés du Sahara Occidental systématiquement fermés à la presse et aux observateurs internationaux". "La répression à grande échelle menée par tous les types de forces d'occupation marocaines sur le terrain, en particulier contre les défenseures des droits de l'homme et les journalistes, reflète que cette population civile est désormais otage et assiégée", affirme la communauté sahraouie de France qui soutient également qu'''il n'y a ni liberté de mouvement, ni de parole ou d'association". "La situation de tous les prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines est critique, particulièrement ceux des groupes de Gdeim Izik et ceux du groupe dit des ‘camarades du martyr Elouali’", ajoute le communiqué. Selon cette communauté sahraouie, l'assassinat du syndicaliste de la coordination des chômeurs sahraouis, Brahim Seika, "n'est qu'un exemple de cette répression brutale, en toute impunité à l'encontre du peuple sahraoui dans les territoires occupés". En effet, le militant Brahim Seika a été arrêté le 1 avril 2016 par la police marocaine à Guelmin, après sa participation avec ses collègues de la coordination à un rassemblement pacifique. Le jeune Sahraoui est mort à Agadir (Maroc) le 15 avril 2016 suites aux tortures qui lui ont été infligées après son arrestation. "A l'Est du mur de séparation militaire, les civils sahraouis sont menacés par les attaques de drones", révèle le communiqué, soulignant que "dans la partie Ouest occupée, ils sont appauvris de force, par leur marginalisation et la saisie de leur terre, la destruction de leurs maisons et de leurs biens. Les richesses dont regorge leur pays sont pillées par l'occupant et ses alliés". Les Sahraouis de France ont déploré, dans ce contexte, l'échec de la Mission des Nations unies pour le Référendum au Sahara occidental (MINURSO) à organiser ce référendum, soutenant que cette mission "n'a pas été en mesure de protéger les civils sahraouis sans défense, ni de dénoncer les atteintes aux droits de l'homme car sa mission n'a jamais intégré cet aspect prévu dans les autres conflits armés où l'ONU intervient". La communauté sahraouie dénonce, à cet égard, "la répression, les assassinats et les meurtres prémédités et toutes les violations du droit international par la monarchie marocaine sur le territoire du Sahara Occidental, reconnu territoire non autonome et inscrit sur la liste des pays à décoloniser, selon la résolution 1514 des Nations unies". Elle appelle, ainsi, "le Conseil de Sécurité de l'ONU, l'Union africaine et le Comité international de la Croix-Rouge à protéger les civils sahraouis et exige la libération des prisonniers politiques sahraouis des prisons marocaines". Les Sahraouis de France demandent, en outre, à la France, membre du Conseil de Sécurité, de "contribuer à faire respecter les droits de l’homme et le droit international humanitaire, dans toutes les régions du monde y compris au Sahara Occidental, ainsi que les multiples résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU, concernant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination". Ils dénoncent également "la présence des compagnies internationales au Sahara Occidental occupé dont les activités économiques renforcent l'emprise coloniale du régime marocain, prolongent les souffrances et entravent l'autodétermination du peuple sahraoui". Exprimant leur solidarité avec tous les prisonniers politiques sahraouis et leurs familles, les Sahraouis de France "renouvellent leur engagement et leur soutien à la famille du martyr Brahim Seika dans sa demande d'ouverture d'une enquête équitable pour déterminer les causes de son meurtre et traduire les personnes impliquées en justice et devant les tribunaux internationaux". Samedi, la Communauté sahraouie de France a organisé un rassemblement sur la Place des Libertés et des Droits de l'Homme à Paris en solidarité avec les détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines. Des membres des associations françaises de solidarité avec le peuple sahraoui ainsi qu'une grande foule de la diaspora sahraouie ont participé à ce rassemblement.
  • Ghaza: plusieurs martyrs et des dizaines de blessés au 200e jour de l'agression sioniste - 23 avril 2024
    GHAZA - Plusieurs Palestiniens sont tombés en martyrs et des dizaines d'autres ont été blessés mardi, dans de nouveaux bombardements de l'entité sioniste contre diverses zones de la bande Ghaza, au 200ème jour de l'agression contre l'enclave palestinienne, a rapporté l'agence de presse Wafa. Plusieurs Palestiniens sont tombés en martyrs dans des tirs de missiles, d'artillerie et d'armes à feu sur diverses zones de la bande de Ghaza, précise Wafa qui cite un de ses correspondants sur place. Les violents bombardements d'artillerie et de chars de l'armée d'occupation de l'entité sioniste se sont également poursuivis sur les quartiers d'Al-Zaytoun, Al-Shuja'iya et Al-Touffah, à l'est de la ville Ghaza, faisant au moins trois martyrs et une dizaine de blessés qui sont arrivés à l'hôpital Al-Ahly Al-Arabi "Al-Mamadani". Par ailleurs, l'artillerie de l'armée d'occupation a ciblé plusieurs zones au sud-ouest de la ville de Ghaza avec des obus, et des bruits assourdissants d'explosions et de tirs d'armes à feu ont été entendus. Un avion de combat de l'entité sioniste a également visé la zone entourant Wadi Ghaza, au nord du camp de Nuseirat et la zone au sud-est du camp de Bureij, dans le centre de la bande de Ghaza, faisant plusieurs blessés, ajoute Wafa, relevant que les victimes Palestiniennes ont été transportées à l'hôpital des martyrs d'Al-Aqsa à la ville de Deir al-Balah. Toujours au centre de la bande de Ghaza, plusieurs Palestiniens ont été blessés par de violents bombardements de l'occupant sioniste ayant visé le camp de réfugiés de Nuseirat. Au sud de l'enclave palestinienne, l'artillerie de l'entité sioniste a bombardé les zones est de la ville de Khan Younes et des véhicules militaires ont effectué des tirs intenses à l'est de la ville de Rafah. Le bilan de l'agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza s'est alourdi mardi à 34.183 martyrs et 77.143 blessés depuis le 7 octobre dernier, ont indiqué les autorités palestiniennes de la Santé.
  • Ghaza: le bilan de l'agression sioniste s'élève à 34.183 martyrs - 23 avril 2024
    GHAZA - Le bilan de l'agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza s'est alourdi à 34.183 martyrs et 77.143 blessés depuis le 7 octobre dernier, ont indiqué mardi les autorités palestiniennes de la Santé. Selon la même source, l'armée d'occupation sioniste a commis 3 massacres au cours des dernières 24 heures dans la bande de Ghaza, faisant 32 martyrs et 59 blessés. Les autorités palestiniennes de la Santé ont également indiqué qu'un certain nombre de victimes palestiniennes se trouvent encore sous les décombres et sur les routes, et que les forces de l'occupation empêchent les ambulances et les équipes de la Protection civile de leur porter secours. Depuis le 7 octobre 2023, l'armée sioniste mène une agression sauvage contre l'enclave palestinienne qui a entraîné des destructions massives d'infrastructures en plus d'une catastrophe humanitaire sans précédent.
  • CAF: la Fédération sahraouie des sports condamne la manœuvre marocaine ratée d'exploiter le sport à des fins politiques - 22 avril 2024
    BIR LAHLOU (Territoires sahraouis libérés) - La Fédération sahraouie des Sports a condamné la manœuvre marocaine ratée qui tente d'exploiter le sport à des fins politiques, en impliquant le club de la RS Berkane dans une bataille perdue d'avance, saluant les positions et la vigilance des autorités algériennes, précise un communiqué de l'organisme sportif sahraoui. La Fédération Sahraouie des Sports a déploré, dans son communiqué, "la manœuvre marocaine ratée qui tente d'exploiter le sport à des fins politiques en impliquant le club de la RS Berkane dans une bataille perdue d'avance et étouffée dans l'œuf". Sur cette base, la Fédération "condamne ces pratiques marocaines malveillantes en contradiction avec les objectifs sportifs et en violation des règlements de la Confédération africaine de football (CAF) et, par extension, de la Fédération internationale de football association (FIFA)". Elle s'est, également, félicitée des "positions affichées par les autorités officielles algériennes et de leur vigilance", affirmant qu'elle "encourage l'unité des rangs sportifs dans les clubs, les comités de supporters et les médias sportifs". La Fédération réitère, en outre, "toute sa solidarité et son soutien absolu au club de l'USM Alger qui entre en compétition, armé d'intégrité et de principes sportifs en faveur des droits des peuples, de la liberté et de la paix". Enfin, l'instance sportive sahraouie a appelé "la Confédération africaine de football (CAF) et l'instance internationale FIFA à faire preuve de davantage de rigueur, à la lumière des dépassements de l'Etat occupant du Maroc qui viole les lois et règlements sportifs et fait fi des us continentaux et internationaux". A rappeler que la rencontre entre l'USM Alger et l'équipe marocaine de l'RS Berkane, comptant pour la demi-finale aller de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF) prévue initialement dimanche à 20:00 au stade du 5 juillet 1962 à Alger, n'a pas eu lieu, suite au refus des joueurs du club marocain d'entrer sur le terrain, malgré la présence des joueurs de l'USM Alger. Pourtant, toutes les conditions étaient réunies au Complexe olympique Mohamed Boudiaf d'Alger pour disputer cette rencontre des demi-finales aller de la Coupe de la Confédération africaine dans les meilleures conditions, mais le club marocain a brillé par son absence, voulant coûte que coûte jouer avec les maillots floqués avec une carte du Maroc, englobant les territoires sahraouis occupés, ce qui va à l'opposé du droit international. En agissant de la sorte, les Marocains ont bafoué toutes les règles du sport, qui interdisent tout message ou slogan à caractère politique ou religieux. Dans la loi 4 du football relative à l'équipement des joueurs, "l'équipement ne doit présenter aucun slogan, inscription ou image à caractère politique, religieux ou personnel". Les joueurs ne sont pas autorisés à exhiber de slogans, messages ou images à caractère politique, religieux, personnel ou publicitaire sur leurs sous-vêtements autres que le logo du fabricant. En cas d’infraction, le joueur et/ou l’équipe sera sanctionné par l’organisateur de la compétition, par la Fédération nationale ou par la Fédération internationale (FIFA)". Selon l'article 50 de la Charte olympique (alinéa 2), "aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique".
  • La Palestine demande la tenue d'une session extraordinaire du Conseil de la Ligue arabe - 22 avril 2024
    LE CAIRE - L'envoyé permanent de l'Etat de Palestine auprès de la Ligue des Etats arabes, Mohannad Al-Aklouk, a annoncé, lundi, que l'Etat de Palestine avait présenté une demande pour la tenue d'une session extraordinaire du Conseil de la Ligue au niveau des délégués permanents dans "les plus brefs délais". Cité par l'agence de presse Wafa, M. Al-Aklouk a indiqué que "la demande de cette réunion intervient à la lumière de la poursuite des crimes génocidaires de l'entité sioniste contre le peuple palestinien dans la bande de Ghaza, de l'escalade de l'agression et de la terreur des colons sionistes en Cisjordanie occupée, y compris à  El-Qods, et de l'utilisation par les Etats-Unis d'Amérique du veto au Conseil de sécurité contre la demande d'adhésion à part entière de l'Etat de Palestine aux Nations unies". Il a ajouté que "l'Etat de Palestine avait demandé également  la tenue de cette réunion pour assister à un exposé approfondi de la rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens occupés, Francesca Albanese". Mme Albanese a été, pour rappel, empêchée lundi par l'entité sioniste de se rendre dans la bande de Ghaza et dans les territoires palestiniens occupés. L'ambassadeur Ahmed Abu Zeid, porte-parole officiel et directeur du département de diplomatie publique au ministère égyptien des Affaires étrangères, a indiqué, dans un communiqué, que "la rapporteuse de l'ONU a exprimé ses regrets et sa dénonciation de son incapacité à effectuer une visite sur le terrain dans la bande de Ghaza et dans les territoires palestiniens occupés", l'entité sioniste l'empêchant d'accomplir sa mission. En visite au Caire dimanche, la rapporteuse onusienne "s'est dite très préoccupée par la situation humanitaire catastrophique à Ghaza", condamnant "les pratiques inhumaines de l'armée sioniste contre les Palestiniens".
  • Championnat d’Afrique des clubs vainqueurs de coupe de handball: l’Espérance de Tunis en demi-finale - 23 avril 2024
    ORAN - L’équipe tunisienne de l’Espérance de Tunis s’est qualifiée pour les demi-finales de la coupe d’Afrique des clubs vainqueurs de coupes handball messieurs, en s’imposant devant la JS Kinshasa (RD Congo) sur le score de 38-25 (mi-temps:16-17), en match comptant pour la 2ème journée du groupe B du tour principal, disputée, mardi soir, au palais des sports Hamou-Boutlélis d’Oran. Après une première mi-temps serrée, qui s’est achevée par un avantage d'un but en faveur de la Jeunesse de Kinshasa au moment de la pause (17/16, l'équipe de l'Espérance a su revenir en force en seconde période et a réussi à contrôler le match et creuser l'écart, qui s'est terminé sur le score de (38-25). Les Espérantistes affronteront le club Egyptien d’Al-Ahly en demi-finale, prévue jeudi à la salle omnisports du complexe olympique Miloud-Hadefi d’Oran.
  • Championnat d’Afrique des clubs de handball: Elimination du HBC El Biar (messieurs) après sa défaite face au Zamalek - 23 avril 2024
    ORAN – Le HBC El Biar n'ira pas au dernier carré du Championnat d'Afrique masculin des vainqueurs de coupes qui se poursuit à Oran après sa défaite, mardi, face au Zamalek d'Egypte sur le score de 28 à 25 (mi-temps : 14-11), lorsde la 2e et dernière journée du tour principal (Gr. B). Condamné à le gagner pour valider leur billet au dernier carré, le HBCE a bien résisté, en début du match, face au finaliste malheureux de la Super-coupe d'Afrique jouée la semaine dernière à Oran. Tout au long de la première douzaine de minutes dela première période, les Algérois répondaient du tac au tac à leurs homologues cairotes. Mais ces derniers commencent à prendre le jeu à leur compte dès la 13e minute après avoir réussi à porter à trois buts leur avance (10-7). Ils parviennent à conserver la même cadence jusqu'à la fin de cette mi-temps soldée par leur victoire sur le score de 14 à 11. Battus, la veille, par l'ES Tunis (25-23) pour le compte de la 1re journée de ce tour principal, les protégés de Lamine Sahli avaient encore une dernière demi-heure pour revenir dans le match, au cours d'une deuxième période qu'ils ont entamée avec l'intention de renverser la vapeur. Cela s'est traduit dans les neuf premières minutes de cette mi-temps lorsqu'ils ont réussi à réduire la marque (17-16), mais depuis, les Cairotes vont mettre le pied sur le champignon, parvenant à creuser l'écart pour le porter à quatre buts, avant de l'emporter sur le score de 28 à 25. Du coup, le HBCE se contentera de disputer les matchs de classement (de la 5e à la 8e place), après avoir terminé à la 3e place du groupe B avec 2 points. Le Zamalek, lui, se qualifie au dernier carré en tête avec six points, suivi par l'ES Tunis (4 pts), vainqueur en même temps de la JS Kinshasa (38-25), dernier avec un zéro pointé, dans l'autre match de la poule abrité par le Palais des sports "Hamou Boutlélis".
  • Championnat d’Afrique des clubs vainqueurs de coupe de handball (quarts de finale dames): Le HCBC El Biar éliminé par Petro Atlètico - 23 avril 2024
    ORAN - La formation du HCB El Biar s'est inclinée face à son homologue angolaise de Pétro Atlético sur le score de 22 à 25 (mi-temps: 12-12), en quarts de finale dames de la Coupe d'Afrique des clubs vainqueurs de coupe de handball, disputé mardi au palais des sports "Hamou Boutlélis" d’Oran. Le match a été serré entre les deux équipes. Le score est resté à égalité durant sa majeure partie. Le club angolais n'a décroché sa qualification que dans les dernières minutes avec une différence de trois buts. Les protégées de l'entraîneur Abdallah Fateh Moulay ratent ainsi l'occasion d'atteindre les demi-finales pour la première fois de leur histoire. L'équipe d'El Biar se contentera de jouer les matchs de classement de la cinquième à la huitième place face aux équipes battues lors de ce tour, tandis que l'équipe du Petro Atletico affrontera, jeudi en demi-finales, le vainqueur du match entre Al Ahly (Egypte) et le club ivoirien d'Abidjan.
  • Match USMA/RS Berkane: la décision de la CAF attendue au plus tard mercredi - 23 avril 2024
    ALGER - La décision de la Confédération africaine de football (CAF) concernant le match USM Alger-RS Berkane, initialement prévu dimanche dernier à Alger pour le compte de la demi-finale aller de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), et non joué en raison du refus des joueurs du club marocain d'entrer sur le terrain, est attendue au plus tard demain (mercredi), a indiqué l'ancien arbitre international algérien Mohamed Zekrini. "Du point de vue réglementaire et en raison de l'approche du match retour entre l'USMA et le RS Berkane, prévu le 28 avril, la Confédération africaine de football (CAF) doit rendre sa décision finale sur le match qui n'a pas eu lieu en date et lieu fixés auparavant, et après la lecture des différents rapports qui lui seront remis par les officiels désignés pour le match", a indiqué à l'APS, Mohamed Zekrini, connu pour sa maitrise du volet de l'arbitrage international. L'ancien arbitre international a expliqué que les quatre officiels désignés pour la rencontre sont tenus, comme il est d'usage de rédiger leurs rapports sur le terrain chacun, selon la tâche qui lui a attribuée. "L'arbitre principal est tenu tout d'abord d'envoyer ce qu'on appelle, un rapport flash qui est rempli sur place dans les vestiaires, où il doit signaler que le match n'a pas eu lieu suite au refus de l'équipe de Berkane de pénétrer sur le terrain pour jouer le match. Ensuite, une fois à l'hôtel en Algérie, il rédigera son rapport détaillé avec tous les faits depuis la réunion technique qui précède le match, jusqu'à sa constatation du non déroulement de la rencontre, en mentionnant le refus de l'équipe de Berkane d'entrer sur le terrain et ses raisons", a détaillé Zekrini. Selon l'interlocuteur, il y aura aussi les rapports du commissaire du match, du coordinateur et de l'assesseur (l'évaluateur des arbitres). Et d'ajouter: "après la notification aux deux clubs de la décision de la CAF, l'équipe pénalisée aura le droit de faire appel de cette décision au niveau de la commission de recours de l'instance africaine et si celle-ci confirme la première décision, le club peut, alors, porter son recours au TAS (Tribunal sportif arbitral) de Lausanne dont la décision sera irrévocable et applicable". Interrogé sur le rôle de la FIFA dans cette affaire, l'ancien arbitre international algérien a expliqué que cette dernière peut être saisie par le TAS à Lausanne pour plus d'informations et d'explications. A une question sur la possibilité de faire rejouer le match sur un terrain neutre, Zekrini a souligné que "cette hypothèse n'a pas d'assise. Là aussi, la réglementation est claire, une décision pareille ne peut-être possible que s'il s'agit d'un match barrage, alors que pour la rencontre USMA-RS Berkane ce n'est pas le cas", a-t-il expliqué. "Cette affaire est très délicate et a dépassé le cadre sportif. La loi 4 du football relative à l'équipement des joueurs, est claire et dénote que l'équipement ne doit présenter aucun slogan, inscription ou image à caractère politique, religieux, personnel ou publicitaire autre que le logo du fabricant", a conclu Mohamed Zekrini. Il faut ajouter à cette loi, l'article 50 de la Charte olympique du Comité international olympique (CIO), dans son alinéa 2: "aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n'est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique".
  • Athlétisme: l'élite algérienne se prépare pour les JO à l'étranger - 23 avril 2024
    ALGER - Une vingtaine d'athlètes (messieurs et dames), représentant l'élite de l'athlétisme algérien, ont choisi de peaufiner leur préparation à l'étranger, particulièrement en Turquie, en prévision des importantes échéances internationales à venir, à leur tête les Jeux olympiques d'été qui auront lieu à Paris (France) du 26 juillet au 11 août prochains. Le vice-champion du monde du 800 mètres Djamel Sedjati et ses coéquipiers Yacine Hethat, Amine Derabli et Fouad Hamada se trouvent depuis le 5 avril courant à Doha (Qatar), pour un stage bloqué qui s'étendra jusqu'au 30 avril, sous la direction du coach Amar Bénida. De son côté, la lanceuse de marteau Zahra Tatar a jeté son dévolu sur l'Ile Maurice, où elle se trouve depuis le 7 avril courant, en compagnie de son entraîneur Hakim Toumi, pour un stage bloqué qui s'étalera jusqu'au 22 mai. Le lanceur de disque Oussama Khenouci, lui, a choisi la Hongrie pour effectuer son stage, du 15 avril au 15 mai, alors que le triple sauteur Yasser Mohamed Tahar Triki a opté pour la ville turque d'Antalya, pour un stage programmé du 25 avril au 5 juin. L'athlète du CR Belouizdad sera encadré en Turquie par l'entraîneur Aït Amar. Idem pour Zouina Bouzebra, l'autre lanceuse de marteau, qui a choisi elle aussi la ville d'Antalya pour effectuer son stage de préparation, tout comme le hurdler Amine Bouanani qui (110m/haies) et les demi-fondistes Slimane Moula, Zine El Abidine Lagoune et Amazigh Amroune. Le stage de Bouzebra est prévu du 24 avril au 24 mai, sous la direction du coach Khaled Belmihoub, alors que celui de Bouanani débutera le 25 avril courant et se poursuivra jusqu'au 28 mai, au moment où celui des demi-fondistes a débuté le 16 avril courant, et s'étendra jusqu'au 15 mai prochain. Ils seront tous les trois sous la direction du coach Sid Ali Sabour. Le groupe drivé par l'entraîneur Réda Abdenouz, et qui se compose des demi-fondistes Mohamed Ali Gouaned, Ramzi Abdenouz et le jeune Haïthem Chenitef se trouve également à Antalya depuis le 15 avril courant, pour un stage bloqué qui s'étalera jusqu'au 15 mai prochain. De son côté, le coach Saïd Ahmim a choisi Antalya pour apporter les derniers réglages à la préparation de ses athlètes, notamment, Hicham Bouchicha, Billel Tabti et El Hadi Lameuch. Leur stage a débuté le 1er avril courant et prendra fin le 21 mai prochain. Enfin, le coureur Salim Keddar a jeté son dévolu sur la France pour un stage bloqué du 27 avril au 31 mai, alors que le hurdler (400m/haies) Abdelmalik Lahoulou a choisi le Portugal, pour un stage prévu du 4 mai au 3 juin 2024. Outre l'athlétisme, le sport algérien a déjà réussi à qualifier plusieurs autres athlètes, dans d'autres disciplines, comme le cyclisme, la gymnastique, la lutte, la boxe et l'aviron, en attendant peut-être d'autre spécialités, comme le judo.
  • Championnat d’Afrique des clubs de handball: Boumerdes éliminé face à Premeiro d’Angola en quarts de finale - 23 avril 2024
    ORAN, - La formation algérienne du CF Boumerdes a été éliminée, mardi, en quarts de finale du Championnat d’Afrique féminin des clubs vainqueurs de coupes, qui se poursuit à Oran, après sa défaite face aux Angolaises de Primeiro De Agosto sur le score de 33 à 22 (mi-temps 17-10). C’est une première mi-temps à sens unique à laquelle ont assisté les présents à la salle omnisports du complexe sportif "Miloud Hadefi", tellement la différence de niveau entre les deux protagonistes était de taille, entre le récent vainqueur de la Super-coupe d’Afrique, jouée la semaine dernière à Oran, et le représentant algérien. Les Angolaises ont d’ailleurs pris le taureau par les cornes, dès le coup d’envoi de la partie, imposant une domination copieuse sur l’adversaire, en creusant davantage l’écart au fil des minutes pour terminer le ce premier half sur le score sur une différence de sept buts (17-10). Elles poursuivront leur domination en deuxième période, et reproduisant le même scénario de la première avant de terminer la partie à leur profit sur le score de 33 à 22. Le CFB, qui perdu face à Petro Atletico d’Angola (31-26) et Otoho du Congo (26-22) et fait match nul contre l’AS Abidjan de la Côte d’Ivoire (29-29) lors du premier tour, se contentera de jouer les matchs de classement de la 5e à la 8e place. De son côté, Primeiro affrontera, en demi-finales, le vainqueur du match qui oppose les deux clubs congolais, la DGSP-AS Otoho (18h00) au Palais des sport "Hamou-Boutlélis".
  • Coupe d'Algérie de cyclisme sur route : victoire en CLM de Mansouri en seniors et Hamzioui en juniors - 23 avril 2024
    BISKRA - Le contre-la-montre individuel de la Coupe d'Algérie 2024 de cyclisme sur route, disputé mardi à Biskra (Sud-Est) a été remporté par Salah Hamzioui (MC Alger) chez les juniors et Hamza Mansouri (Madar Pro-Cycling Team) chez les seniors. La course des seniors s'est déroulée sur une distance de 19,8 kilomètres et Hamza Mansouri a été le premier à franchir la ligne d'arrivée, avec un chrono de 26 minutes 15 secondes et 44 centièmes, devant Nasr-Allah Essemiani (Club de Dély Brahim), entré en deuxième position avec un chrono de 27:01.71, au moment où Hamza Yacine, sociétaire du Madar Pro-Cycling Team, s'est contenté de la troisième place, avec un chrono de 27:01.73. La course des juniors s'est déroulée, également, sur une distance de 19,8 kilomètres et Hamzioui l'a bouclée en 28 minutes, 14 secondes et 94 centièmes, devançant ainsi Mohamed Amine Hamzaoui, du Club de Bir Touta, entré en deuxième position, avec un chrono de 28:54.48, alors que Mohamed Abdeldjalil Boutebba, du club local Union El Kantara, a pris la troisième place, avec un chrono de 29:04.99. Au total, 75 cycliste (messieurs), représentant 19 clubs, de différentes wilayas d'Algérie ont pris le départ de ce contre-la-montre individuel (juniors / seniors).  Mercredi matin aura lieu la deuxième étape de cette Coupe d'Algérie de cyclisme sur route, et elle consistera en une course en ligne, prévue sur un circuit fermé dans la ville d'El Kantara. "Les juniors seront appelés à parcourir 94.6 km, alors que les seniors devront en faire 111.8 km", ont détaillé les organisateurs dans un communiqué. Les épreuves des (seniors/dames), initialement prévues en même temps que celles des messieurs, ont été reportées à une date ultérieure pour des raisons organisationnelles.
  • Coupe d'Algérie (1/2 finale-MCA-CSC): un plan pour détourner le trafic automobile autour du complexe olympique Miloud Hadefi d'Oran - 23 avril 2024
    ORAN - Les services de police d'Oran ont mis au point un plan de détournement du trafic automobile autour du complexe olympique Miloud Hadefi , en prévision du match de demi-finale de la Coupe d'Algérie, prévu ce mardi soir (21h00) à huis clos, entre le CS Constantine et le MC Alger, a-t-on appris, auprès de la Sûreté de wilaya. Le plan prévoit de détourner le trafic vers les routes secondaires du rond-point  'El Menzah' vers le carrefour du stade, directement et sur la même voie en direction de 'Haï Sabah', et de détourner le trafic des véhicules en provenance de ce quartier directement vers le rond-point du stade, à travers la trémie en direction du rond-point 'El Menzah'. Le trafic des véhicules provenant du boulevard Cuba vers le rond-point du stade sera détourné en direction de la nouvelle voie menant à la 4ème pénétrante périphérique, évitant ainsi l’accès au chemin reliant le rond-point du complexe olympique Miloud Hadefi et celui de l’université. Il a également été décidé de dévier le trafic des véhicules provenant des quartiers de Belgaïd (Bir El Djir) en direction du rond-point de l’université vers la RN 11 ou le rond-point du village méditerranéen, a-t-on ajouté.
  • Championnat d'Afrique ITF U16: un bilan en deçà des attentes pour les sélections algériennes - 22 avril 2024
    ALGER - Les sélections algériennes des U16 ''garçons et filles'' ont bouclé leur participation au Championnat d'Afrique ITF/CAT des U16 (Alger 15-20 avril), avec un bilan en deçà des attentes, ponctué par une médaille d'argent obtenue en double filles, alors que la lame d'or est revenue aux athlètes égyptiens qui ont raflé la mise au Tennis club de Bachdjarah (Alger). Sur les douze (12) athlètes engagés (6 garçons et 6 fille), aucun d'entre eux n'a pu atteindre le dernier carré des tableaux du simple. Alors que l'Algérie partait favorite en simple filles avec la jeune Maria Badache, dont le parcours s'est arrêté prématurément en quart de final à la surprise générale des observateurs. L'espoir de la participation algérienne reposait énormément sur Badache en simple, mais la défaite concédée contre toute attente, devant l'Egyptienne Judy Tawila (6-1, 6-2), en quart de finale a faussé les pronostics de la délégation algérienne. ''Etre éliminé alors que vous êtes favoris ou tête de série, c'est un truc qui arrive souvent au milieu du tennis. Il faut reconnaitre que Badache  était méconnaissable le jour J et elle est passée à côté de son match. Ce dont son adversaire à profiter pour remporter le match et passer au dernier carré. Je ne sais pas si c'était un problème de pression négative ou fraicheur physique. En tous les cas, nous allons étudier le cas avec son staff et la DTN", a déclaré à l'APS, Nabil Cheriak, président de la Fédération algérienne de tennis. Après son élimination en simple, Maria Badache s'est rattrapée en double en compagnie de sa compatriote Kawter Abidat. Cette paire s'est adjugée la médaille d'argent à l'issue de sa défaite en finale, contre celle de Tunisie Nadine Hamrouni-Lamiss Houas, têtes de série 1, sur le score 6-2, 7-6(2). ''Sur le plan technique, on visait la médaille d'or en simple filles mais malheureusement la défaite surprise de Maria a tout changé. Ce Championnat était une occasion pour faire participer douze joueurs dont six filles. Un rendez-vous qui leur a permis d'affronter les ténors de la discipline'', a-t-il ajouté. Pour leur part, les garçons algériens ont raté le coche dès le premier et deuxième tour, même parcours réalisé lors de l'édition précédente (2023, NDLR). ''Nos jeunes garçons ont montré une bonne volonté. Techniquement, ils se sont bien comportés, sachant que le niveau africain des cadets reste très élevé. Il y a eu un travail qui a été fait mais nous devrons continuer à travailler et accélérer les choses en vue des prochaines échéances'', a expliqué le patron de l'instance fédérale. Le Championnat d'Afrique ITF/CAT des U16 de tennis à Alger a été largement dominé par les sélections égyptiennes qui remporté le titre continental pour la deuxième fois de rang. Elles ont réalisé un parcours presque parfait en remportant les tableaux du simple (garçons et filles) ainsi que le tableau double garçons et une médaille de bronze en simple filles. La première médaille d'or a été remportée vendredi par le duo Mohamed Sherif Eyad Ezzat et Samih Mostafa qui a dominé Rosa De Arauje (Mozambique) et O Ogunsakin (Nigéria) en deux sets. La paire égyptienne, tête de série N1, s'est adjugée le premier set 6-3 devant les têtes de série N2, avant de sceller le deuxième set 6-2. Les deux autres médailles d'or ont été remportées samedi en simple ''garçons et filles'' par Eyad Ezzat Mohamed Sherif et Rahaf Mostafa. Chez les garçons, Mohamed Sherif a dominé en finale le Marocain, Ali Missoum, tête de série N1, sur le score 6-4, 6-3, de même que son compatriote Rahaf Mostafa vainqueur du titre africain aux dépens de la Tunisienne Lamiss Houas 6-3, 6-4. La médaille de bronze en simple filles a été obtenue par Tawila Judy qui a dominé la Malgache Andraina Mitia Voavy sur le score 2-6, 6-2,6-3. En marge de la cérémonie de remise des prix aux lauréats, la FAT a remis des trophées de reconnaissance à trois techniciens algériens qui ont donné beaucoup au tennis par le passé, à savoir: Sebti Bounaib (Alger), Abdelmadjid Kachabia (Annaba) et Hocine Younes (Skikda). Un total de 55 athlètes (29 garçons et 26 filles), représentant seize pays (16) ont pris part aux rendez-vous d'Alger.
  • Championnat d’Afrique des clubs de handball : la JSE Skikda bat l’OM Annaba et se rapproche du dernier carré - 22 avril 2024
    ORAN - La JSE Skikda a pris le meilleur sur l’OM Annaba sur le score de 26-23 (mi-temps 12-10), lundi à la salle omnisports du complexe sportif "Miloud Hadefi" d’Oran au titre de la 1ère journée du groupe A du tour principal de la 40e édition du Championnat d’Afrique masculin des vainqueurs de Coupes. La première mi-temps fut très équilibrée, même si les Skikdis sont bien entrés dans le match en menant dès les premières minutes, mais sans pour autant prendre leur envol. Les Annabis, de leur côté, ont réussi à niveler la marque pour la première fois à la 12e minutes (4-4), puis prendre l’avantage, au fil du temps, avec parfois deux buts d’écart. C’était sans compter sur la détermination des protégés de l’entraineur de la JSES, Arrouche, revenus en force dans les dernières minutes de cette période qu’ils ont terminée à leur faveur avec un but d’écart (12-11). La JSES va conserver son avance en deuxième mi-temps, parvenant d’entrée à le porter à deux puis à trois buts, tout en poursuivant sur la même avance, profitant de l’excès de précipitation qui a marqué les poulains de Boudrali, notamment à l’approche de la fin de la partie, soldée par la victoire de la JSES sur le score de 26 à 22. Ce succès permet aux Skikdis de rejoindre l’OMA à la deuxième place au classement du groupe, vu que les Annabis avaient commencé ce tour principal avec deux points au compteur, grâce à leur première place de leur poule acquise à l’issue du tour préliminaire. Ce sont les Egyptiens d’Al-Ahly, vainqueurs lors du premier match de la poule contre le CRB Mila (40-19), qui mènent le bal dans ce groupe portant à quatre leur capital-point et validant déjà leur billet pour les demi-finales, en attendant d’être fixés sur l’autre demi-finaliste à l’issue des rencontres de la 2e journée, prévues mardi. Au cours de cette 2e journée, Al Ahly affronte l’OM Annaba, alors que la JSE Skikda donne la réplique au CRB Mila, quatrième et dernier au classement du groupe avec zéro pointé.
  • Hadj: reprise mardi de l'opération de réservation de billets pour les hadjis voyageant avec l'ONPO - 23 avril 2024
    ALGER - L'opération de réservation de billets pour les hadjis voyageant avec l'Office national du Pèlerinage et de la Omra (ONPO) vers les Lieux saints reprend, mardi, via le portail "Bawabet El Hadj Dz" et l'application "Rakb El Hadjidj", a indiqué un communiqué de l'Office. "En parachèvement de l'opération de réservation de billets pour les hadjis voyageant avec l'Office national du Pèlerinage et de la Omra vers les Lieux saints via le portail +Bawabet El Hadj Dz+ et l'application +Rakb El Hadjidj+, la réservation de billets reprendra, mardi 23 avril à 20h00, pour l'aéroport d'Alger, et à 21h00 pour les aéroports d'Oran, de Constantine et d'Ouargla", a précise la même source.
  • Jour de la Terre : Dahleb donne le coup d'envoi d'une campagne de reboisement au Parc de Oued Smar - 22 avril 2024
    ALGER - La ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fazia Dahleb, a donné, lundi, le coup d'envoi d'une campagne de reboisement au Parc de Oued Smar (Alger), dans le cadre de la célébration du Jour de la Terre (22 avril). L'opération de reboisement s'est déroulée lors d'une visite d'inspection effectuée par la ministre, en compagnie du wali délégué de la circonscription d'El Harrach, Abdelwahab Zeini, et en présence de cadres du ministère, de représentants de la Direction de l'environnement de la capitale et d'associations environnementales et d'agents de la Direction des forêts de la wilaya d'Alger. Dans une déclaration à la presse à cette occasion, la ministre a précisé que "le Parc de Oued Smar, dont le taux d'avancement des travaux d'aménagement a dépassé 50%, bénéficiera d'une opération de reboisement sur plus de 20 hectares avec plus de 23 espèces de plantes garantissant la stabilité du sol, ainsi que de plusieurs autres structures". Des installations permettant la récupération de l'eau pour son utilisation dans l'irrigation sont en cours de réalisation au niveau du Parc, de même que des équipements pour l'utilisation des gaz de décharge dans l'éclairage, a ajouté la ministre. Cet espace public vert, qui a mobilisé une enveloppe financière de plus de 7 milliards DA, fera de la capitale "la perle de la rive sud de la Méditerranée", a-t-elle estimé, mettant en avant les efforts déployés par les hautes autorités en vue d'offrir aux citoyens des espaces de détente, de loisirs et de promenade. Evoquant le cadre juridique régissant la gestion des déchets, la ministre a indiqué que la loi réexaminée relative à la gestion des déchets était au niveau du Gouvernement, qui devrait l'approuver "incessamment". Il s'agit d'une priorité nationale pour le Gouvernement, a-t-elle affirmé. Mme Dahleb a, par ailleurs, fait savoir que son département avait parachevé l'élaboration de la stratégie nationale de gestion intégrée des déchets à l'horizon 2035 et des plans nationaux de gestion des déchets.
  • Accidents de la route: 36 morts et 1654 blessés en une semaine - 22 avril 2024
    ALGER - Trente-six (36) personnes sont décédées et 1654 autres ont été blessées dans 1319 accidents de la route survenus durant la période du 14 au 20 avril, à travers le pays, selon un bilan rendu public lundi, par la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Bouira avec 03 morts et 53 blessés, suite à 35 accidents de la route, note la même source. Par ailleurs, les équipes de secours de la Protection civile ont effectué, durant la même période, 1151 interventions pour l'extinction de 731 incendies, notamment urbains et industriels, dont les plus importants ont été enregistrés à Alger (96 incendies), Blida (37) et Chlef (36). Les mêmes secours ont également effectué 5889 interventions durant la même période pour le sauvetage de 377 personnes en situation de danger et exécuté 5130 opérations d'assistance diverses.
  • Le programme de l’économie sociale et solidaire vise à améliorer l’employabilité des jeunes - 22 avril 2024
    KHENCHELA - Les participants à une journée d’information sur le programme de l’économie sociale et solidaire au service d’une inclusion économique durable organisée dimanche à Khenchela au profit des jeunes entrepreneurs ont indiqué que ce programme "vise à améliorer l’employabilité des jeunes et la création de richesse". Le coordinateur local du programme Mahieddine Djebar a précisé en marge de la rencontre organisée par la direction de wilaya de l’emploi en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement PNUD que cela se concrétise à travers la mise en place d’un système adéquat pour le développement économique, social et solidaire contribuant au soutien du processus de concrétisation de projets dans ce domaine et l’inclusion économique durable pour les entrepreneurs et entrepreneures . A cette occasion, il a ajouté que cette journée d’information organisée à l’Office des établissements de jeunes Odej au chef-lieu de wilaya intervient pour informer les autorités locales et les acteurs de la société civile dont les associations et porteurs de projets parmi les jeunes de la wilaya de Khenchela sur les activités incluses dans le cadre de ce programme, et comment y adhérer. Il a précisé que la rencontre a été mise à profit pour faire connaitre le système de l’économie sociale et solidaire en Algérie, le rôle des instances concernées localement et les méthodes de concertation et de collaboration à adopter pour relancer le dynamisme économique, social et solidaire à l’échelle locale. Dans ce cadre il a indiqué que le programme cible à titre prioritaire les secteurs de l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’aquaculture, le patrimoine, l’artisanat, la collecte et le recyclage des déchets, ajoutant que la validation des projets des jeunes et des femmes prendra en considération l’évaluation des projets innovants, notamment ceux contenant ou portant des solutions numériques. M. Djebar a indiqué que pour sélectionner des projets de l’économie sociale et solidaire, il est obligatoire que ces projets soient menés par des jeunes ou femmes qui emploieront la même catégorie pour une durée de réalisation fixée entre 6 et 12 mois avec un budget oscillant entre 2,2 millions DA et 3 millions DA. Ce programme a été lancé à Alger le 29 janvier dernier et ce, dans le cadre de la convention de coopération entre le ministère du Travail, de l'emploi et de la Sécurité sociale et l’Union européenne, a-t-on rappelé. Le PNUD supervise la concrétisation de ce programme dans 12 wilayas du pays, à savoir Timimoune, El Baydh, Meniaâ, Béni Abbès, Bouira, Tizi Ouzou, Boumedès, Médéa, Batna, Khenchela, Oum El Bouaghi et M’sila, a-t-on noté.
  • Conseil des ministres: Le Président de la République donne son aval pour la révision des pensions de retraite - 21 avril 2024
    ALGER - Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a donné son aval, dimanche lors du Conseil des ministres qu'il a présidé, pour la révision des pensions de retraite, toutes catégories confondues. Cette révision se veut une reconnaissance à l'apport de cette frange au service du pays et tend à en préserver la protection sociale.
  • Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale s'entretient avec le DG de l'OIT - 21 avril 2024
    ALGER - Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, M. Fayçal Bentaleb, s'est entretenu, dimanche à Alger, avec le directeur général de l'Organisation internationale du Travail (OIT), M. Gilbert Houngbo, sur les voies et moyens de renforcer la coopération avec cette agence onusienne. Intervenant en marge de la visite effectuée par le directeur général de l'OIT en Algérie (du 20 au 23 avril), à la tête d'une importante délégation, la rencontre a été l'occasion pour les deux parties "d'échanger les vues sur les voies à même de renforcer la coopération avec cette agence onusienne et de mettre en avant les grands efforts consentis par l'Algérie pour la promotion du travail décent, du dialogue et de la protection sociale". Après avoir salué "l'expérience pionnière de l'Algérie dans le domaine de la sécurité sociale et du dialogue social", M. Houngbo s'est félicité des "bonnes" relations liant l'OIT et l'Algérie dans les domaines du travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, exprimant "l'entière disposition de l'organisation à renforcer et à approfondir cette coopération". A son tour, M. Bentaleb a mis en avant "l'expérience de l'Algérie en matière de promotion du dialogue social, insistant sur les acquis réalisés au profit des travailleurs dans le domaine de la sécurité sociale et du travail décent, ainsi que l'évolution enregistrée dans les mécanismes de l'emploi et le système de sécurité sociale en Algérie". Cette rencontre s'est déroulée en présence du secrétaire général et du chef de cabinet du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, ainsi que de cadres du ministère et des représentants du Bureau de l'OIT en Algérie. Il convient de rappeler que "l'Algérie qui abrite le bureau de l'OIT pour les pays du Maghreb depuis 1967, compte plusieurs programmes de coopération avec ce bureau, étant considéré comme l'un des pays pionniers en matière de promotion du dialogue et de la protection sociale, en consécration de l'Etat social fondé sur les valeurs et principes de la justice sociale".
  • Riche programme du CRA en prévision de la saison estivale et de la prochaine rentrée scolaire - 20 avril 2024
    ALGER- La présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA), Ibitissam Hamlaoui a fait état, samedi à Alger, de la préparation d'un programme "riche", en prévision de la saison estivale et de la prochaine rentrée scolaire. Invitée du Forum du quotidien "El Moudjahid, Mme Hamlaoui a indiqué que le CRA préparait un programme "dense", en prévision de la saison estivale et de la prochaine rentrée scolaire, portant sur plusieurs axes, dont l'organisation d'une campagne nationale sur l'eau. Il s'agit de la distribution de l'eau potable pour les usagers de la route, lors de la hausse des températures, en sus de la mise en place d'un plan de riposte rapide, à savoir notamment, les opérations de distribution de denrées alimentaires, de médicaments, de draps et de couvertures. Concernant la prochaine rentrée scolaire, la même responsable a indiqué que le CRA a élaboré un programme d'accompagnement au profit de 100.000 familles au niveau national, consistant notamment en la distribution de cartables scolaires équipés, de tabliers et de vêtements. Mme Hamlaoui a, d'autre part, rappelé le bilan de cette organisation, durant le mois écoulé de Ramadhan, à savoir la distribution de plus de 152.000 colis alimentaires au profit des familles démunies, à travers tout le territoire national, la mobilisation de 226 restaurants, dont 3 tentes géantes, en sus de l'organisation d'opérations de circoncision collective et la distribution des vêtements de l'Aid pour enfants parmi des familles démunies et les orphelins. La présidente du CRA a, par ailleurs, souligné que son organisation poursuivait les sessions de formation en matière de premiers secours qui a touché, a-t-elle dit, 5.000 bénéficiaires au niveau national, citant le centre de formation dans les premiers secours relevant du CRA et disposant des équipements spéciaux. L'intervenante a en outre assuré que le CRA poursuivra son programme relatif à l'ouverture de centre d'accompagnement d'enfants autistes, et ce dans plusieurs wilayas du pays.        
  • Hadj: reprise samedi de la réservation de billets pour les Hadjis voyageant avec l'ONPO à partir de l'aéroport d'Adrar - 20 avril 2024
    ALGER- L'opération de réservation de billets pour les hadjis voyageant avec l'Office national du pèlerinage et de la omra (ONPO) vers les Lieux saints à partir de l'aéroport d'Adrar reprend, samedi, via le portail "Bawabet El Hadj Dz" et l'application "Rakb El Hadjidj", a indiqué un communiqué de l'Office. "En parachèvement de l'opération de réservation de billets pour les Hadjis voyageant avec l'Office national du pèlerinage et de la omra vers les Lieux saints via le portail +Bawabet El Hadj Dz+ et l'application +Rakb El Hadjidj+, la réservation de billets reprendra, samedi 20 avril à 21h00, pour l'aéroport d'Adrar", précise la même source.
  • Les SMA organisent une rencontre sur le développement environnemental - 20 avril 2024
    ALGER - Les Scouts musulmans algériens (SMA) organisent, du 18 au 20 avril, une rencontre sur le développement environnemental, et ce dans le cadre du projet "Innovations Vertes" lancé par cette organisation. Les activités de cette rencontre ont débuté, jeudi soir, au centre international des Scouts "Chahid Mohamed Bouras" à Sidi Fredj (Alger), a indiqué vendredi un communiqué de l'organisation, précisant que des ateliers seront organisés sur les Objectifs de développement durable (ODD) ainsi que la conception de projets liés aux innovations vertes. Lancé par les SMA, le projet "Innovations Vertes" est financé dans le cadre "des subventions des projets accordées par l'Organisation mondiale du mouvement scout", ajoute la même source. L'ouverture des activités de cette rencontre qui connaît la présence de 80 participants de 34 wilayas, a été présidée par le responsable de la solidarité et du secours des SMA, Ahmed Ramdani, et la responsable de la planification, du développement et de la prospective, Nour El-Houda Mahmoudi, conclut le communiqué.
  • Tamanrasset : Belmehdi appelle à renforcer les contacts avec les anciens élèves des zaouïas - 19 avril 2024
    TAMANRASSET - Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, a appelé, vendredi depuis la wilaya de Tamanrasset, à renforcer les contacts avec les anciens élèves des zaouïas, notamment ceux des pays voisins. Lors d'une visite au siège de la zaouïa Abdellah Ben Abbes, au chef lieu de la wilaya, dans le cadre du deuxième et dernier jour de sa visite dans la wilaya, M. Belmehdi a souligné "la nécessité de renforcer les contacts avec les anciens élèves des écoles coraniques et des zaouïas de cette wilaya de l'extrême sud, notamment ceux originaires des pays voisins, qui sont devenus au terme de leurs études dans ces zaouïas algériennes, des enseignants du Saint Coran dans leurs villages". Inspectant les différentes structures de cette zaouïa, le ministre a réaffirmé l'importance du rôle de ces structures religieuses dans la préservation de l'identité, des constantes nationales et du référent religieux national qui prône la modération et le juste milieu, ainsi que la protection des générations futures de toute sorte d'invasion culturelle et intellectuelle. La délégation ministérielle a écouté des explications sur cette structure religieuse qui a ouvert ses portes en 1999. Jusqu'à présent, 430 élèves ont été formés dans cette zaouïa, dont 32 originaires de la République du Mali, 72 du Niger et 13 de Libye, selon les explications fournies. Le ministre a posé, à cette occasion, la première pierre pour la construction de deux mosquées avec deux écoles coraniques dans le quartier Adriane à Tamanrasset, où il a écouté des explications exhaustives données par les responsables en charge du suivi du projet. M. Belmehdi a également inauguré l'école coranique relevant de la mosquée Sayad Hamza dans le quartier Sourou, qui compte quatre classes pour l'enseignement et la récitation du Coran, avec deux logements pour les encadreurs de cette école. Dans ce cadre, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs a souligné que ces nouveaux projets contribueront à renforcer l'esprit patriotique chez la jeune génération. M. Belmehdi a en outre inauguré la mosquée de l'Imam Ach-Châfii dans le quartier Mouflon au chef-lieu de la wilaya.
  • Le concours "Annaba Film Industry", une expérience pionnière pour accompagner les jeunes cinéastes au Festival du film méditerranéen - 23 avril 2024
    ANNABA - Le concours "Annaba Film Industry", organisé en marge du 4ème Festival du film méditerranéen, à Annaba (24-30 avril), sera une "expérience pionnière" pour découvrir de nouveaux talents et accompagner les jeunes cinéastes, ont indiqué, mardi les organisateurs. Dans le cadre de cette compétition qui reflète, selon la même source, la volonté de ce festival méditerranéen de devenir un "contributeur de l’industrie cinématographique", pas moins de 12 productions, dont 7 algériennes, ont été sélectionnées pour y participer. Le concours sera consacré aux domaines du "développement de scénario" et de la "production de films", a-t-on encore indiqué, ajoutant que les lauréats bénéficieront d’un "accompagnement" et d’un "soutien" durant le festival. Cette manifestation culturelle donnera également lieu à un programme de formation sous forme de sept ateliers destinés à former 70 jeunes aux métiers de l’industrie cinématographique (production, réalisation, bande sonore, direction photo, direction d’acteurs et écriture de scénario), en plus d’un master class qui leur permettra d’interagir et de s’imprégner des expériences de grands noms dans les domaines de la musique de film et de la production cinématographique, notamment celles du musicien international algérien, Safi Boutella, et du producteur, italien Daniele Urciuolo. Le festival comprend, également, un programme destiné à mettre en valeur le cinéma féminin méditerranéen à travers la projection de 5 films dont "Les filles d’Olfa" de la tunisienne, Kaouther Ben Hania, en plus de projections spéciales consacrées au cinéma palestinien avec un total de sept courts-métrages. Le jury de la compétition officielle du 4ème Festival du film méditerranéen d’Annaba, présidé par le réalisateur turc, Nuri Bilge Ceylan, lauréat de nombreux festivals internationaux, jugera 46 films, dont 14 longs-métrages, 17 courts-métrages et 15 films documentaires.
  • L'Académie algérienne de la langue arabe annonce la création du Prix national des sciences de la langue arabe - 23 avril 2024
    ALGER - L'Académie algérienne de la langue arabe (AALA) a annoncé le lancement de la session constitutive de son Prix national des sciences de la langue arabe au titre de l'année 2024, visant ainsi à encourager les études et la recherche en sciences de la langue arabe et contribuer à sa diffusion, selon un communiqué de l'Académie. A cet effet, l'AALA invite les postulants à la compétition pour ce prix à soumettre leurs candidatures munies d'un manuscrit dans l'une des branches des sciences de la langue arabe. Le prix sera décerné à trois lauréats en plus de boucliers commémoratifs et de certificats d'appréciation, se réservant le droit d'ajourner une partie du prix ou sa totalité, si les travaux soumis ne sont pas à la hauteur du niveau académique requis. Le montant global sanctionnant les trois prix a été fixé à un million de dinars algériens (1.000.000 DZD), dont la somme de 500.000 DZD qui sera adjugée au premier de ce concours, alors que le deuxième et le troisième de ce prix se verront attribuer les sommes de 300.000 DZD et 200.000 DZD respectivement. Les prix seront remis lors du Congrès annuel de l'AALA, dont la tenue coïncide avec la célébration de la Journée internationale de la langue arabe en décembre prochain. Les conditions et les modalités de participation à ce concours sont mises à la disposition des candidats sur la page Facebook de l'AALA, qui a également prévu la possibilité de se renseigner sur ce prix en contactant ses services par email au : prizeaala.dz. Les dossiers de candidatures doivent être déposés au secrétariat du président de l'AALA ou envoyé par courrier recommandé à l'adresse suivante : Monsieur le Président de l'Académie Algérienne de la Langue Arabe, 6, rue Colonel M'hamed Bouguerra El-Biar, BP 402, El-Biar, Alger -Algérie, avant la date limite de dépôt des œuvres, fixée au 15 octobre 2024. Fondé en 1986, l'Académie algérienne de la langue arabe, organisme national à caractère scientifique et culturel, vise à enrichir, promouvoir et développer la Langue arabe.
  • Avant-première à Alger du documentaire "Ag Abkeda Soleil de N'Ajjer" - 23 avril 2024
    ALGER - L'avant-première du film documentaire "Ag Abkeda, Soleil de N'Ajjer", réalisé par Chafia Benarab, retraçant le parcours et la vie du moudjahid Ibrahim Ag Abekda, Chef de la résistance populaire au Tassili N'Ajjer et moudjahid au sein des rangs de la Révolution de libération nationale, a été projetée lundi soir à Alger, dans le cadre d'une série d'œuvres audiovisuelles qui documentent la Mémoire nationale et le parcours des symboles et héros de l'Algérie. La projection du film s'est déroulée à la salle Ibn Zeydoun à Riad El Feth, en présence du ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Laïd Rebiga, du ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Mokhtar Didouche, de la Déléguée nationale à la protection de l'enfance, Meriem Cherfi, de l'Amenokal des Touaregs du Tassili N'Ajjer, El-Bakri Ghouma, et de la famille du moudjahid Ibrahim Ag Abkeda, de notables du Tassili N'Ajjer des wilayas d'Illizi et de Djanet, ainsi que de membres des deux chambres du Parlement, des moudjahidines et des artistes. D'une durée de 1h10, cette œuvre historique jette la lumière sur la résistance dans la région du Tassili N'Ajjer, au sud-est de l'Algérie, contre la colonisation française au XIXe siècle et au début du XXe siècle, ainsi que sur la période de la Révolution de libération nationale, à travers le parcours du moudjahid Ibrahim Ag Abkeda (1885-1962), riche en lutte et combat, à l'instar des attaques menées contre les centres militaires et les convois d'approvisionnement coloniaux qui tentaient d'envahir le désert algérien vers le Niger et les régions d'Afrique de l'Ouest, mais se sont heurtés à une forte résistance des habitants de la région du Tassili N'Ajjer, outre les batailles menées depuis 1916 comme "Tinehidhane", "Takt" et "Tit". Ce documentaire dont le tournage s'est déroulé dans plusieurs localités des wilayas de Djanet et d'Illizi, étayé par des images d'archives sur fond de musique locale, a mis en évidence les principales étapes de la résistance des Touaregs du Tassili N'Ajjer sous la houlette du moudjahid Ibrahim Ag Abkeda, et ce jusqu'à la Révolution de libération nationale en 1954. La réalisatrice du film a tenté de faire connaître la communauté conservatrice des Touaregs où a grandi le moudjahid Ibrahim Ag Abkeda, pétri des valeurs nationales et révolutionnaire, sa lutte contre le colonialisme français et les batailles menées aux côtés des hommes braves des tribus du Tassili N'ajjer, et ce à travers de nombreux témoignages livrés par des historiens comme Lahcen Zaghidi, des notables de la région et des intellectuels locaux. Dans ce cadre, le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit a souligné l'importance de ce documentaire historique dans la forme et le contenu, grâce notamment aux techniques utilisées dans sa réalisation, ajoutant qu'il s'agit "d'une œuvre exceptionnelle qui consacre les valeurs nationales et renforce le lien entre la génération d'hier qui a porté la bannière de la résistance, du djihad et de la libération et celle d'aujourd'hui, appelée à renouer avec les principes et valeurs de leurs aïeux et leur glorieuse histoire riche de symboles et de héros...". "Le Chef Ibrahim avec sa personnalité hors-pair a marqué l'histoire moderne et contemporaine de l'Algérie, en dirigeant la résistance populaire et en combattant au sein des rangs de la révolution de libération nationale aux côtés de Cheikh Amoud et des hommes vaillants du Tassili et de l'Ahaggar, ayant  mené l'une des plus longues résistances au Grand Sud contre la colonisation française à la fin du 19e siècle et au début du 20e", a rappelé le ministre. "Nos moudjahidine du Grand Sud ont remporté de nombreuses victoires et réussi à faire échouer les plans de l'ennemi visant à anéantir les valeurs et l'identité nationales", a-t-il ajouté. "Le moudjahid Ibrahim Ag Abekda, ce modèle de la résistance et du patriotisme, a défendu, aux côtés de ses compagnons d'armes, sa terre et son honneur avec bravoure et courage" et prémuni les enfants de la région contre les "plans de christianisation", a affirmé M. Rebiga. Le ministre a souligné, en outre, le rôle du moudjahid dans "la sensibilisation et la mobilisation durant la Glorieuse Révolution. A l'instar des enfants du Grand Sud, il avait son mot à dire face au colonisateur français et ses tentatives de séparer le Sahara algérien du reste du pays pour diviser les Algériens et porter atteinte à l'unité nationale".                         "Ces nobles positions ont apporté appui et soutien au Gouvernement provisoire la République algérienne (GPRA) lors des derniers rounds des négociations", a-t-il soutenu. Pour le ministre, "L'Algérie a réalisé aujourd'hui, sous la conduite du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, plusieurs acquis dans différents domaines, en un temps record, grâce à une stratégie bien élaborée et à une vision éclairée, pour aller de l'avant dans la concrétisation des ambitions et objectifs des enfants du peuple algérien...". De son côté, l'Amenokal du Tassili N’Ajjer, El-Bakri Ghouma a salué "l'intérêt particulier accordé par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, à la valorisation des hauts faits et de la résistance historique des enfants du peuple algérien", appelant la jeunesse algérienne à "s'attacher aux valeurs nationales, à s'intéresser à l'histoire et à ses symboles, et à se dresser  contre les complots quotidiens ourdis contre l'Algérie".      Il a expliqué que ce documentaire "retrace la vie du moudjahid Ibrahim Ag Abekda et de ses compagnons d'armes, ayant combattu sur deux fronts, l'occupation italienne à l'Est et la colonisation française à l'Ouest, alliant résistance populaire et révolution de libération, ce qui témoigne de son attachement à sa terre, sa culture et sa civilisation ancestrale. Le moudjahid a également soutenu les chefs de la région de l'Ahaggar contre la colonisation française et a refusé le projet de séparation du Sud du Nord lors des négociations pour que l'Algérie reste unie et forte sur son territoire", a-t-il ajouté. M. El-Bakri Ghouma a également rappelé que "le moudjahid Ibrahim Ag Abekda a rencontré le leader historique Ahmed Ben Bella lors de son voyage pour accomplir le Hadj en bateau, où ils ont échangé sur la coordination de l'action armée entre les moudjahidine du Nord et du Sud et l'engagement des habitants du Sud à exercer une pression sur la France coloniale afin de l'affaiblir et de libérer, à tout prix, le pays". De son côté, la réalisatrice Chafia Benarab a indiqué que "le documentaire est produit par le ministère des Moudjahidine et des ayants-droit dans le cadre du programme du soixantenaire du recouvrement de l'indépendance", ajoutant que cette œuvre "s'est appuyée sur des témoignages de la mémoire orale de la société des Touaregs, qui correspondent parfaitement aux références que nous avons utilisées comme sources historiques pour mettre en lumière cette personnalité historique hors pair qui a résisté farouchement contre la colonisation française". La projection en avant-première de ce documentaire a été marquée par un hommage rendu aux descendants du moudjahid et résistant Ibrahim Ag Abekda et à de nombreux notables de la région du Tassili N'Ajjer.
  • L'Algérie participe au 38e Salon international du livre de Tunis - 23 avril 2024
    ALGER - L'Algérie participe à la 38ème édition du Salon international du livre de Tunis, prévu jusqu'au 28 avril au Parc des expositions du Karam à Tunis, indique un communiqué du ministère de la Culture et des Arts. Représentant l'Algérie, l'Entreprise nationale des arts graphiques (ENAG) occupera un pavillon contenant plus de 650 titres dans divers domaines, culturelle, littéraire et intellectuelle, des ouvrages parus chez 24 maisons d'éditions algériennes, répartis dans différentes spécialités, entre histoire, littérature, philosophie, grands livres, littérature de jeunesse, reflétant ainsi la richesse patrimoniale et culturelle de l'Algérie. Le 38e Salon international du livre de Tunis, auquel prennent part également 314 maisons d'édition de 25 pays, se tient sous le slogan "Solidarité avec le peuple palestinien", dans un contexte où la bande de Ghaza continue de subir, depuis le mois d'octobre 2023, l'agression de l'armée terroriste sioniste, qui a coûté jusqu'à maintenant, la vie à plus de 34 000 martyrs, et causé des dizaines de milliers de blessés et de disparus, ainsi que des destructions des édifices et de maisons. Concernant le choix du slogan de cette édition, le comité d'organisation a expliqué par la volonté de "dénoncer les crimes barbares perpétrés par l'occupation sioniste, et briser le siège intellectuel qu'on essaye d'imposer", car l'enjeu aujourd'hui est lié à une bataille pour l'"existence culturelle", précisant par conséquent que "la préservation du patrimoine culturel est donc, au cœur du conflit". Cette noble idée d'honorer la Palestine se consolide, ajoute les organisateurs, par la programmation de rencontres-débats, centrées sur l'identité palestinienne, la résistance de son peuple, les crimes de guerre et génocides lâchement commis par l'armée sioniste, ainsi que sur l'engagement littéraire et intellectuel, et cela avec la participation d'intellectuels palestiniens, dont le philosophe et penseur Ahmed El-Barkawi et l'écrivain Adaniya Shibli. Le 38è Salon international du livre de Tunis accueille des intellectuels et écrivains de Tunisie, d'Italie (invité d'honneur), d'Argentine, du Yémen, de Mauritanie, de Chine et du Koweït, parmi lesquels le romancier algérien Waciny Laredj. L'Algérie était l'invitée d'honneur de la 34ème session du Salon international du livre de Tunis, qui s'est tenue en 2018.
  • Occupation française et résistances dans le Sud-ouest algérien, thème d'un nouvel ouvrage du chercheur Roucham Aïssa - 22 avril 2024
    NAAMA - Le chercheur Roucham Aïssa vient de publier un nouvel ouvrage d'histoire sur l'occupation française du Sud- ouest algérien et les résistances populaires qui lui ont fait face entre 1845 et 1934. Natif de Aïn Sefra (Nâama), l'auteur du livre qui est chercheur spécialisé et dont l'intérêt principal porte sur l'histoire des résistances populaires et la glorieuse Guerre de libération nationale, a indiqué que sa nouvelle publication est axée sur la contribution de la région du Sud du pays qui, a-t-il dit, a fait preuve, à l’instar des autres régions du pays, de détermination dans sa résistance face au colonialisme, qui s’était retrouvé face à des populations attachées à leurs terres et refusant le colonialisme. Roucham Aïssa a insisté sur l’apport des Laboratoires universitaires et des équipes de recherche spécialisées pour mettre en lumière les divers aspects de l’histoire et la résistance des populations du Sud du pays, durant la colonisation française, et leur rôle dans la mise en échec des plans de la France coloniale visant à séparer le Sud de la région nord du pays. Le livre, édité en langue arabe, comporte plusieurs chapitres répartis sur 277 pages, dont "L'occupation française de la région des steppes et des Ksours", "La tendance du colonialisme français à occuper l'extrême sud à travers les Ksours d’El Bayadh, Aïn Sefra et le territoire des H’mianes" et "Les Batailles héroïques et les épopées historiques de la résistance des Ouled Sidi Cheikh, Cheikh Bouâmama et Mohamed Ould Ali". L'auteur a à son actif plusieurs ouvrages, dont "Précis de l’histoire du Maghreb arabe" et un autre intitulé "Cheikh Mohamed Ould Ali, porte-drapeau de la résistance dans la région de Djebel Ksours et du Sud oranais de 1881 à 1900".
  • Ouverture à Alger d’une nouvelle salle de cinéma - 22 avril 2024
    ALGER - Une nouvelle salle de cinéma, dotée de moyens techniques et d'équipements numériques de dernière génération, a été inaugurée, dimanche à Alger, en présence de hauts responsables du ministère de la Culture et des Arts et de professionnels du 7e Art en Algérie. Ouverte au 3e étage du Centre commercial "Garden City", sis dans la localité de Ouled Fayet à Dely Ibrahim, cette nouvelle salle, vient s’ajouter aux trois autres espaces de projection déjà opérationnels du "Complexe cinématographique TMV (Trending Music and Vidéo)". Ce nouvel espace dédié au 7e Art a été inauguré en présence du secrétaire général du département de la Culture Sid Ali Sebaa, représentant la ministre de la Culture et des Arts Soraya Mouloudji, du Fondateur du groupe TMV production et exploitation, Riad Ait Aoudia, ainsi que de responsables d'institutions cinématographiques sous tutelle. Le Complexe TMV surplombe le Centre commercial "Garden City", un bâtiment emblématique qui rappelle des "images et des scènes de vie bien connues de la Casbah d'Alger", une idée de l’architecte-concepteur algérien Tarik-Bey Ramdane, Prix national d’architecture du président de la République en 2021. Le représentant de la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji a mis en exergue l'intérêt porté par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune à l’égard du Cinéma, de l’Industrie du cinéma et des professionnels du 7e Art, encourageant l’investissement dans ce domaine, appelé à défendre, sauvegarder et promouvoir l’histoire glorieuse de l'Algérie et sa richesse culturelle". Sid Ali Sebaa a également rappelé que la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji "a toujours veillé à l’accompagnement et au soutien de tous les projets cinématographiques à l’échelle nationale, mettant à la disposition des investisseurs dans ce domaine, notamment, tous les moyens nécessaires". En plus de deux espaces de projection d’une capacité d’accueil de 240 et 80 places, et d’une salle destinée aux projections privées de 12 places, ce complexe haut de gamme, empreint de modernité, s’est agrandi, avec "la salle de cinéma No 1", dotée d’un écran de 15m2, de Son "Dolby 7.1", d’une projection laser et de 60 places dont quatre pour PMR (personnes à mobilité réduite). Une démonstration sur grand écran a été exécutée à travers la projection d’un court documentaire sur l’ouverture au public, en août 2023, du Complexe cinématographique TMV, suivie d’une petite rétrospective sur le cinéma et les téléfilms algériens, pour conclure en beauté avec quelques extraits rappelant le génie créatif du réalisateur Mounès Khemmar, présent à cette cérémonie inaugurale avec, entre autres professionnels du 7e Art, le producteur Amer Behloul. "Notre ambition est de soutenir la distribution et la production audiovisuelle dans ses contenus locaux", a notamment déclaré le directeur des lieux, fondateur du groupe TMV production et exploitation, Riad Ait Aoudia. Les premiers responsables d’institutions sous tutelle, en l'occurrence, les directeurs, du Développement et de la Promotion des Arts, Bezia Cheddad, du Centre national de la Cinématographie et de l'Audiovisuel (CNCA), Mourad Chouihi et du Centre algérien du développement du Cinéma (CADC), Zineddine Arkab, ont, pour leur part, été unanimes pour considérer que "les salles obscures, comptent parmi les plus importants maillons de la chaine de l’Industrie cinématographique".
  • Le 6e Festival du rire "Algé'Rire" du 30 avril au 3 mai prochain - 22 avril 2024
    ALGER - Des humoristes algériens et étrangers parmi les plus connus de la comédie et du stand-up, animeront la 6ème édition du Festival international du rire "Algé'Rire", prévu du 30 avril au 3 mai prochain au Palais de la culture Moufdi-Zakaria à Alger, ont indiqué dimanche à Alger les organisateurs. Placée sous le signe "100% rire ensemble", cette édition a pour objectif de "faire rayonner l'humour algérien, africain et international", a souligné lors d'un point de presse Tarik Ouhadj, fondateur de "Broshing Events", agence organisatrice de cet évènement. Au menu de cette édition, des spectacles animés par une trentaine de comédiens algériens et étrangers, un spectacle "100% féminin", en plus d'une représentation, mettant en scène de jeunes talents du stand-up algérien. Parallèlement aux spectacles de one-man-show et les sketchs, les organisateurs proposent un espace "Kids Corner", dédié aux enfants et aux plus petits, avec des animations et ateliers ludiques et récréatifs en plus des spectacles de marionnettes et de clowns. Organisé depuis 2013 par "Broshing Events", le Festival international du rire "Algé'Rire" réunit chaque année un grand nombre de spectateurs.
  • Poursuite du Festival national du théâtre universitaire avec une affluence remarquable - 21 avril 2024
    SIDI BEL-ABBES - Les représentations théâtrales programmées dans le cadre de la 14e édition du Festival national du théâtre universitaire "Mahieddine Bouzid" se poursuivent à Sidi Bel-Abbès drainant une affluence remarquable du public qui se rend nombreux au théâtre régional de la ville. Cette manifestation culturelle, en cours d'organisation du 17 au 23 avril courant, enregistre la participation de dix troupes théâtrales d'universités du pays, avec trois représentations prévues chaque soirée au théâtre régional de Sidi Bel-Abbès, qui enregistre une affluence record d'étudiants et autres. Selon le vice-recteur chargé des activités scientifiques, culturelles et sportives du rectorat de Sidi Bel-Abbès, Rezkane Mohamed Fouad, les pièces présentées ont connu une affluence du public avide du 4e art, à tel point que le théâtre régional affiche complet une heure avant la représentation. Pour sa part, le recteur de l’université "Djillali Liabès" de Sidi Bel-Abbès, Bouziani Merahi, a fait remarquer que différentes représentations théâtrales véhiculant des messages objectifs, sont très ovationnées par le public. Les représentations théâtrales sont suivies de débats encadrés et animés par des universitaires et des chercheurs, dont la plupart sont unanimes sur l’amélioration des interprétations des étudiants et le niveau général des représentations portant des messages objectifs, a indiqué le commissaire adjoint du festival, Dine Hennani, signalant que le comité de débat a veillé à donner des recommandations aux étudiants pour améliorer la qualité dans différents aspects, à l’instar de l’écriture du texte théâtral, l’emploi de la musique, la scénographie et autres. Outre les représentations théâtrales, des ateliers de formation sont organisés, abordant la situation du théâtre universitaire, sa nature, ses objectifs, le choix des textes et les usages du théâtre universitaire par les étudiants et le contenu dans les théâtres universitaires. Cette manifestation aboutira à la sélection des meilleures performances participantes, du meilleur spectacle intégré, de la meilleure interprétation féminine et masculine, de la meilleure utilisation de la musique, du meilleur scénario et de la meilleure scénographie.
  • Lutte contre l'atteinte au patrimoine culturel: lancement d'une formation pour les cadres de la DGSN - 21 avril 2024
    ALGER - La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a présidé, dimanche à Alger, l'ouverture officielle de la 6e session de formation sur "la protection du patrimoine culturel et la lutte contre le trafic illicite des biens culturels", au profit des cadres de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), et ce dans le cadre de la célébration du mois du patrimoine. Le coup d'envoi de la 6e session de formation organisée par le ministère de la Culture et des Arts, en coordination avec la DGSN, au profit des cadres de la DGSN sous le thème de la lutte contre l'atteinte au patrimoine culture (21-25 avril en cours) a été donné à l'Ecole supérieure de Police "Ali-Tounsi", en présence du chef de cabinet du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, du directeur général de la Sûreté nationale et des cadres des corps de sécurité et de l'Armée. Mme Mouloudji a indiqué que cette session de formation s'inscrit dans le cadre de la célébration par l'Algérie du mois du patrimoine culturel qui se renouvelle chaque année du 18 avril au 18 mai, sous le slogan "Patrimoine culturel et gestion des risques dans un contexte de crises et de catastrophes naturelles", et ce en vue de "mettre en avant l'importance capitale du patrimoine matériel et immatériel, de débattre des différents questions sensibles et dossiers liés aux modes de gestion du patrimoine culturel en période de crises et de catastrophes naturelles, et de trouver des solutions permettant la mise en place des différentes stratégies pour renforcer la protection globale du patrimoine culturel". "Le phénomène de trafic de biens culturels étant la troisième activité criminelle après le trafic d'armes et de drogues, de tels dépassement nous amènent, aujourd'hui, a-t-elle dit, à redoubler d'efforts pour mettre en œuvre des accords communs et créer des commissions nationales et régionales qui œuvrent ensemble pour défendre le patrimoine de la Nation". "Il y a, aujourd'hui, une prise de conscience de l'importance de la coopération commune et de la coordination des efforts pour protéger le patrimoine culturel national que recèle notre pays, étant une partie du patrimoine de l'humanité, la mémoire et l'identité de notre Nation, et ce dans le cadre de la lutte contre les crimes y afférents", a poursuivi Mme Mouloudji, soulignant la nécessité de contenir les menaces qui planent sur notre patrimoine riche et diversifié en avortant toute activité criminelle y afférente". La ministre a mis l'accent sur "l'importance de l'action bilatérale et même collective pour sensibiliser l'ensemble des intervenants en matière de protection et de valorisation du patrimoine culturel pour contribuer au rayonnement culturel et renforcer la coordination opérationnelle, notamment dans la lutte contre le trafic des pièces archéologiques et les formes de criminalité organisée qui y sont liées". La ministre a salué, à cette occasion, "le professionnalisme" des corps sécuritaire et militaire, notamment la Sûreté nationale ainsi que "travail colossal que mènent ses différentes unités pour lutter contre les différentes formes d'atteinte au patrimoine culturel au niveau national, la plus grande opération de saisie ayant été enregistrée fin 2023 avec la récupération de deux trésors monétaires estimés à 15.346 pièces archéologiques grâce à la vigilance des corps de sécurité de la wilaya de Sidi Bel-Abbès. De son côté, le directeur général de la Sûreté nationale, Ali Badaoui, a affirmé que la question de l'atteinte au patrimoine culturel "revêt une importance majeure vu qu'elle repose sur le principe de la protection des propriétés culturelles dont regorge notre pays avec son patrimoine matériel, immatériel et intellectuel sur le double plan national et international", précisant que "ce principe se traduit par les actes criminels attentant à ce legs, que les services de sécurité enregistrent chaque année". M. Badaoui a également évoqué les affaires traitées par les services de police dans le cadre de la sauvegarde des biens culturels nationaux, affirmant que ces affaires "témoignent de la poursuite des efforts visant à lutter contre les activités de certains réseaux criminels spécialisés dans ce domaine, notamment les biens mobiliers ciblés qui peuvent faire l'objet de trafic illicite". Il a précisé que les enquêtes menées par les services de sécurité ont révélé "que certains groupes criminels organisés ont recours aux technologies de l'information et de la communication (TIC) pour attirer leurs clients". Concernant la session de formation, l'intervenant a évoqué le contenu du programme de formation destiné aux cadres de la Sûreté nationale, qui prévoit l'animation de communications spécialisées et la visite de trois musées nationaux pour bénéficier de présentations pratiques permettant de découvrir les composantes des biens culturels, outre des rencontres avec des experts et des spécialistes, en associant le secteur de la justice "pour fournir aux services chargés de l'application de la loi, les techniques de recherche et d'enquête dans le domaine du blanchiment d'argent provenant du crime d'atteinte au patrimoine culturel".
  • Le ministère de la Culture et des Arts organise une réception en l'honneur des artistes à Alger - 21 avril 2024
    ALGER - Le ministère de la Culture et des Arts a organisé, samedi, au palais de la Culture "Moufdi Zakaria" (Alger), une réception en l'honneur des artistes algériens à l'occasion de Aïd El-Fitr, à laquelle ont assisté des artistes de différentes wilayas du pays. La rencontre a été rehaussée par la présence de la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, du Conseiller du président de la République chargé de l'éducation, de l'enseignement supérieur, de la formation professionnelle et de la culture, Mohamed Seghir Saadaoui, du Conseiller du président de la République chargé de la Direction générale de la communication, Kamel Sidi Said, et d'artistes de différentes générations parmi des acteurs, des musiciens, des dramaturges, des réalisateurs, des écrivains, des producteurs et autres. S'exprimant à l'ouverture de cette réception, Mme Mouloudji a indiqué que "la rencontre avec les artistes algériens venant de toutes les régions de notre cher pays et de tous les domaines artistiques et créatifs, dans une atmosphère conviviale et cordiale, nous interpelle à veiller à la généralisation de la beauté du message noble que véhiculent la culture et les arts, non seulement pour rehausser le goût du public, mais aussi pour affirmer l'appartenance nationale à tout ce qui sert notre société et contribue au développement culturel et cognitif de notre pays". "C'est au nom de ces nobles valeurs que nous exprimons toute notre estime et notre respect à chaque artiste algérien qui croit en la responsabilité culturelle, nationale et civilisationnelle", a-t-elle ajouté. Et de poursuivre "alors que nous avons accompli, aujourd'hui, notre devoir de reconnaissance envers tous les artistes algériens qui contribuent à renforcer l'action culturelle, nous devons également exprimer notre profonde et sincère gratitude au président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui a toujours veillé à la promotion de la scène artistique et de la place des artistes dans notre pays, ainsi qu'à l'encouragement des innovateurs, notamment les jeunes".  
  • El Bayadh : décès du moudjahid Guendouzi Mâamar - 23 avril 2024
    EL BAYADH - Le moudjahid Guendouzi Mâamar de la wilaya d'El Bayadh est décédé à l'âge de 81 ans, a-t-on appris, mardi, de la direction des Moudjahidine et Ayants-droits. Selon la même source, le moudjahid défunt, décédé hier, lundi, est né dans la commune de Rogassa. Il avait rejoint l'Organisation civile du Front de Libération Nationale (OCFLN) en tant que membre, en 1958, et ce jusqu'à l'indépendance. Suite à cette grande perte, le directeur des Moudjahidine et Ayants-droits de la wilaya d'El Bayadh, Ahmed Trari, a adressé un message à la famille du défunt, où il a exprimé ses sincères condoléances, priant Dieu le tout Puissant d'accorder au défunt sa sainte miséricorde et de l'accueillir en son vaste paradis, tout en présentant à sa famille sa profonde compassion.
  • Bejaia: une caravane du CSJ à Akbou - 23 avril 2024
    BEJAIA - Une caravane du Conseil supérieur de la jeunesse (CSJ) est arrivée lundi à Akbou (Bejaia) pour une rencontre avec des jeunes de la wilaya, afin d’échanger sur les questions de l’heure, notamment la quête des voies et moyens à même de les impliquer davantage dans la vie politique et de les inciter à s’engager fortement dans leur environnement politique économique et sociale. La rencontre qui a réuni une cinquantaine de participants, issus de toutes les régions de la wilaya, et qui constitue un prélude à une rencontre nationale de la jeunesse, prévue en mai prochain, a permis de débattre de plusieurs thématiques, dont la participation des jeunes dans la vie politique et leur engagement dans les processus électoraux ainsi que leur implication dans les conseils municipaux en rapport avec le développement local. Trois ateliers, animés et encadrés par des enseignants universitaires, ont été ouverts à cet effet, avec l’objectif de formuler, à termes, des avis et des recommandations destinés à être soumis à la rencontre du CSJ de mai, attendue pour tracer, une feuille de route nationale. Cette caravane a déjà atterri à Batna, Bouandès (Sétif), avant de marquer cette ultime halte à Akbou, rappelle-t-on.
  • Souk Ahras: le ministre de la Justice insiste sur la fourniture de services de qualité aux citoyens - 23 avril 2024
    SOUK AHRAS - Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, a insisté, lundi soir dans la wilaya de Souk Ahras, sur la nécessité de "valoriser les structures judiciaires en fournissant des services de qualité aux citoyens". Présidant dans le cadre d’une visite de travail dans cette wilaya, la cérémonie d’inauguration du nouveau siège de la Cour de justice, M. Tabi a appelé les fonctionnaires affectés aux guichets de ce nouvel édifice à "veiller à ce que les citoyens et les justiciables puissent obtenir les documents qu’ils sollicitent dans des délais très courts", ce qui reflétera, a-t-il dit, "les efforts déployés par les pouvoirs publics pour améliorer et moderniser les services judiciaires". Le ministre a également déclaré qu’au regard des importants moyens mis en place par le secteur de la justice pour la modernisation et la numérisation de ses "documents comme l’extrait du casier judiciaire, le certificat de nationalité ou les jugements doivent être délivrés aux citoyens dans un délai très réduit". Il a appelé, à cet égard, les fonctionnaires du secteur à "travailler davantage pour familiariser les citoyens avec les différents services et les systèmes informatiques que le secteur introduit à chaque fois pour moderniser et numériser ses services, à l’instar du service lancé à la fin de l’année 2023, et qui permet aux citoyens d’obtenir des jugements et toutes autres décisions judiciaires rendus dans une autre wilaya que celle où ils résident ". Selon l’exposé présenté au ministre, le nouveau siège de la Cour de Souk Ahras se compose de plusieurs étages comprenant au total, plusieurs salles d’audience, dont deux (2) pour les affaires criminelles, deux (2) pour les affaires pénales, deux (2) pour les audiences civiles et une autre pour affaires concernant les mineurs, en plus d’une salle de conférences, d’une bibliothèque et d’un salon d’honneur, en plus de bureaux, de magasins, de salles d’archives et de pièces pour les détentions temporaires. Lors de sa visite dans la wilaya de Souk Ahras, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, a également présidé l’inauguration et la mise en service, à la grande satisfaction des citoyens, du premier siège de tribunal à M’daourouche (40 km du chef-lieu de wilaya).
  • Biskra: Arkab pose la première pierre d’une centrale solaire et d’un transformateur électrique dans la commune d’El Ghrous - 23 avril 2024
    BISKRA - Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a présidé, lundi soir dans la commune d’El Ghrous (Biskra), dans le cadre d’une visite de travail de deux jours, une cérémonie de pose de la 1ère pierre d’une centrale solaire et d’un transformateur électrique de 400/220 kV. Le ministre, accompagné des présidents-directeurs généraux (PDG) de Naftal, Djamel Cherdoud, de Sonarem (ex-Manal), Mohamed Sakhr Harami, du président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures, Rachid Nadil, et de cadres de son ministère, a indiqué, dans une déclaration à la presse, qu’avec la réalisation de la centrale solaire, la wilaya de Biskra figurera parmi les plus importants producteurs d’énergie solaire en Algérie, en augmentant, d’une part, les capacités de production d’électricité et en réduisant, d’autre part, la consommation du gaz utilisé pour la production électrique. Il a ajouté qu’à la faveur du transformateur électrique 400/220 kV, qui fera partie des 12 centres de transformation les plus importants sur le territoire national, le courant électrique sera transformé, transporté et distribué dans toutes les villes des wilayas de Biskra et d’Ouled Djellal. M. Arkab a noté, dans ce contexte, que les efforts déployés pour la concrétisation de ces différentes réalisations sont destinés à accompagner l’investissement dans les secteurs agricole et industriel qui sont d’importants consommateurs d’électricité. Le projet de réalisation de la centrale solaire, qui occupera une superficie de 400 hectares et qui sera réceptionnée au bout d’un délai contractuel de 6 mois, comprend l’étude, la réalisation du génie civil, le transport, le montage, la formation, l’exploitation expérimentale, et la connexion au réseau de transport d’électricité, a-t-on expliqué au ministre, soulignant que la centrale sera dotée d’environ 380.000 panneaux photovoltaïques et de 23 transformateurs. S’agissant du transformateur, qui couvrira 15 hectares dans la zone de Rehayat (commune d’El Ghrous), il comprend, selon les mêmes explications, la réalisation d’une phase haute tension de 400 kV et d’une phase de moyenne tension de 220 kV. Les délais de réalisation de cet équipement sont fixés, a-t-on précisé, à 20 mois. M. Arkab poursuivra, mardi, sa visite dans la wilaya de Biskra où il doit présider la mise en service du réseau électrique agricole dans la zone d’El Makhraf, dans la commune de Lichana, avant d’inspecter le complexe Sel d’El Outaya, relevant de l’Entreprise nationale des sels (ENASEL). Dans la même commune d’El Outaya, le ministre de l’Energie et des Mines visitera le centre de formation du groupe public Sonarem, et présidera la mise en service d’une carrière d’agrégats et de sable au lieu-dit Argoub El Tarf, dans la commune de Djemorah.  
  • Tizi-Ouzou : arrêt momentané de l’exploitation de la télécabine pour maintenance - 22 avril 2024
    ALEGR - L'Entreprise de transport algérien par câble (ETAC) a annoncé, lundi dans un communiqué, l'arrêt momentané de l’exploitation de la télécabine de la wilaya de Tizi-Ouzou. Cet arrêt intervient suite à "une anomalie technique détectée lors des contrôles préventifs journaliers, le samedi 20 avril 2024, aux alentours de 5h45 du matin, soit avant l’ouverture de l'exploitation au public, suscitant une réaction immédiate des équipes de maintenance", explique la même source. Ainsi, poursuit la même source, "après un diagnostic minutieux par les techniciens de l'ETAC, il a été impératif d'interrompre l’exploitation de l'installation par mesure de sécurité", ajoutant que "des travaux de maintenance sont actuellement en cours, tandis que les composants nécessaires sont en cours d'importation pour la réparation". "L'opération de maintenance est estimée à une semaine", précise l'ETAC, expliquant qu'une "solution de transport alternatif est en cours de mise en place par la direction des transports de la wilaya de Tizi-Ouzou afin d'assurer la continuité du service pour les usagers". L'entreprise a, par ailleurs, assuré que "toutes les mesures sont prises pour résoudre le problème dans les plus brefs délais et garantir un service fiable et sécurisé", affirmant que "la sécurité demeure sa priorité absolue".
  • Une mission d’information provisoire de l’APN en visite à Nâama - 22 avril 2024
    NAAMA - Une mission d’information provisoire de la commission des transports et des télécommunications de l’Assemblée populaire nationale (APN) effectue une visite dans la wilaya de Nâama, a-t-on appris, lundi, auprès de la cellule de communication de la wilaya. Cette mission, menée par le président de la Commission de l'APN, Kamel Laouisset, poursuit lundi sa visite, entamée dimanche, pour s’enquérir de la situation de gestion de plusieurs structures et services fournis aux citoyens, à travers différentes communes de la wilaya, à l’instar des gares de transport de voyageurs, du centre de maintenance des trains, l’aérodrome "Cheikh Bouâmama" de Mecheria, les centres de dépôt et distribution postaux et les agences d’opérateurs de téléphonie mobile, a-t-on indiqué. Le président de la Commission, Kamel Laouisset, a souligné, lors d’une rencontre présidée par le wali de Nâama, Lounes Bouzagza, dimanche soir à la salle de réunions du siège de la wilaya, que "l’objectif de cette mission est de faire le point sur la situation dans les secteurs des transports, des postes et des télécommunications, d'inspecter les projets réalisés et les déficiences enregistrées qui leur sont liées". Il a ajouté que "les programmes alloués par l'Etat et les budgets importants consacrés à ces secteurs ont permis la réalisation de grandes structures et infrastructures, qui fournissent des services de haute qualité au citoyen, ce que l'on constate dans la généralisation et le développement du réseau routier, du transport ferroviaire et aérien, ainsi que des services de communication, du réseau Internet et du changement qualitatif que connaissent ces domaines, notamment à l'échelle des régions des plateaux du grand sud, et ce dans le souci de réaliser un développement territorial équilibré". Cette rencontre, à laquelle ont assisté des élus de l’Assemblée populaire de wilaya (APW), des représentants du mouvement associatif, de la société civile de la wilaya, a été marquée par la présentation de deux exposés sur la réalité et les perspectives des secteurs des transports et de la poste et télécommunications de la wilaya de Nâama. Des préoccupations ont été aussi soulevés par les habitants de la wilaya, notamment la nécessité d’ouvrir des lignes aériennes internes vers et de l’aérodrome "Cheikh Bouâmama" de Mecheria, ainsi que des lignes ferroviaires de banlieue, de renforcer les bus de l’entreprise de transport urbain et suburbain, en plus de trouver des solutions efficaces à l'accumulation de sable sur la ligne ferroviaire et le réseau routier de la wilaya, a conclu la même source.
  • Jijel: fermeture de la RN43 à Ziama Mansouriah suite à un éboulement - 21 avril 2024
    JIJEL- La route nationale RN43 dans son segment reliant les wilayas de Jijel et Béjaia, précisément dans la localité " Boulekhmais " à la commune de Ziama Mansouriah a été fermée devant la circulation suite à un effondrement "presque total" provoqué par un éboulement survenu samedi après-midi causant l’arrêt de la circulation, a indiqué samedi soir la Protection civile dans une publication sur sa page officielle d’un réseau social. La publication indique que "la RN43 est fermée devant la circulation, à la localité Boulekhemais à la sortie ouest de la commune de Ziama Mansouriah suite à un effondrement de la route, nécessitant la prudence".
  • Vers l'affectation de 35 nouveaux bus au profit de l'ETUSA d'Adrar - 21 avril 2024
    ADRAR - Le ministre des Transports, Mohamed El Habib Zahana annoncé, samedi depuis Adrar, que 35 nouveaux bus seront affectés à l'Entreprise de transport urbain et suburbain (ETUSA) d'Adrar, en vue de consolider et d'améliorer la qualité des prestations fournies aux citoyens. Se rendant au parc de l'ETUSA, lors d'une visite d'inspection dans la wilaya, M. Zahana a indiqué que ce quota de bus qui renforcera l'ETUSA, devra contribuer à la création de nouvelles lignes et à améliorer la qualité des prestations fournies aux citoyens. Dans le même contexte, le ministre a exhorté à la nécessité de consacrer un atelier à la prise en charge des travaux d'entretien et de maintenance de l'équipement et d'oeuvrer à la formation de ses travailleurs, en vue de valoriser les biens de l'entreprise. Lors de cette visite, le ministre s'est également enquis de la qualité des prestations prodiguées au niveau de la Gare routière d'Adrar, où il a salué l'utilisation de la numérisation pour la réservation et le paiement électroniques, soulignant que le ministère avait consacré des enveloppes financières à la maintenance des gares routières afin de moderniser leurs services, leur permettre d'améliorer leurs performances et gérer leurs services de manière autonome. Après avoir suivi un exposé sur la situation et les défis auxquels fait face le secteur dans la wilaya, M. Zahana a affirmé que son département ministériel a mobilisé, dans le cadre de sa stratégie de promotion du secteur, toutes les ressources matérielles et humaines nécessaires pour garantir des services de qualité aux normes internationales, à travers la fourniture de divers équipements, la formation des personnels, l'entretien et la modernisation de différentes infrastructures et le renforcement de la numérisation. Le ministre a affirmé, par la même, que la promotion et la modernisation des services de transports destinés aux citoyens étaient au cœur des intérêts du ministère, appelant les responsables de son secteur à sensibiliser les opérateurs privés à adhérer les démarches visant à la promotion du service public. Le premier responsable s'est dit satisfait des efforts consentis par les autorités locales pour la modernisation des services de l'aéroport de Touat "Chikh Sidi-Mohamed-Belkebir" (Adrar) devant programmer des vols internationaux directs vers les Lieux-Saints. La compagnie Air-Algérie a programmé des vols intérieurs supplémentaires depuis l'aéroport d'Adrar vers différentes destinations nationales, a-t-il rappelé, ajoutant que cette étape était le fruit des efforts continus de la compagnie. Lors de son inspection de cette structure, le ministre a insisté sur l'adaptation de l'ensemble des aéroports aux normes internationales des services en œuvrant à la mise en place de tous les équipements logistiques et à la formation du personnel afin de réunir les meilleures conditions aux passagers. Le ministre s'est rendu également au siège de la direction des transports au chef-lieu de la wilaya où il s'est enquis des conditions de travail des employés. La dernière halte du ministre était à la commune de Sbaa (Adrar Nord) où il a inauguré une nouvelle unité d'AGEFAL, une des filiales du Groupe public de transport terrestre de marchandises et de logistique "Logitrans".                                                                          
  • Le CISA de Chlef, pour un nouveau départ dans la vie - 20 avril 2024
    CHLEF - Le centre intermédiaire de soins en addictologie (CISA) de Chlef, ouvert en 2010, offre une opportunité de réinsertion sociale pour un nouveau départ dans la vie aux personnes addictes aux différentes drogues, jeux électroniques, écrans, travail, nourriture ou aux achats compulsifs, et qui veulent volontairement se soigner. Cette structure sanitaire disposant de spécialistes en psychiatrie, psychologie et en addictologie, enregistre ces deux dernières années, une affluence de personnes de différents âges et horizons sociaux, qui veulent s'y soigner et bénéficier de la qualité des prestations sanitaires proposées. Le choix de ce centre par les personnes addictes est aussi dicté par les résultats positifs obtenus dans le traitement de nombreux cas d’addiction et ayant permis aux patients de reprendre une vie normale au sein de la société. A ce propos, la directrice de l’établissement public de santé de proximité (EPSP) d’Ouled Fares, Hadjira Guermah, a indiqué que durant l’année 2023, plus de 770 cas d’addiction ont été admis au centre, dont 50 femmes.  En 2022, le nombre de patients admis était de 470, alors qu’il n'a pas dépassé les 288 cas, dont 8 femmes, en 2021. La hausse du nombre des personnes addictes admises au centre est due àl'émergence d'une prise de conscience parmi cette catégorie et au sein desfamilles, de la nécessité de lutte contre les différentes formesd’addiction pour une réinsertion dans la société, ainsi que la mise à ladisposition de ces patients d’un staff médical qualifié, a-t-elle expliqué. La mise en place d’un programme de traitement pour le suivi et l’accompagnement des cas psychologiques ou sociaux qui sont pris en charge au sein du CISA, explique aussi cette prise de conscience et la fréquentation notable observée, a ajouté la directrice. La semaine nationale de prévention (15-21 avril) initiée par le ministère de la santé et organisée à travers les différentes wilayas, a été l'occasion, pour l'APS de constater cette forte affluence. Pas moins de 60 personnes sont reçues quotidiennement au CISA, soit pour une consultation, une prise en charge ou un accompagnement à distance, a fait savoir la cheffe de service de cet établissement, le docteur Souad Djebara. Elle a indiqué que le centre accueille des personnes d’âges différents, assure diverses prestations, dont en pédopsychiatrie, ainsi que l’orientation des familles ou des proches des patients dans le cadre de l’accompagnement psychologique et social afin d'éviter une éventuelle rechute. Le CISA de Chlef est encadré par un staff médical composé de quatrepsychiatres, deux psychologues, un médecin spécialisé en addictologie, uneassistante sociale, des infirmiers et un personnel administratif.   Traitement intégré et volonté de lutter contre la toxicomanie   Selon le Dr Razika Chenaoui, psychologue, le centre propose "des étapes de traitement intégré qui contribuent de manière significative à la lutte contre l'addiction en hausse dans la société", soulignant l'importance de la volonté des personnes d'abandonner les habitudes comportementales nuisibles et la consommation de diverses substances stupéfiantes dangereuses, dans la réussite du traitement. Les spécialistes reçoivent d'abord les personnes addictes et diagnostiquent les facteurs ayant conduit à leur addiction, qu'il s'agisse de facteurs génétiques, de prédispositions psychologiques ou de l'environnement. Elles sont ensuite orientées vers un neuropsychiatre et subissent des analyses générales. pour certains cas, les patients entament directement des séances avec des psychologues, à raison d'une séance tous les dix jours, pour une durée de 30 à 40 minutes, selon des rendez-vous préétablis, a expliqué Dr. Chenaoui. Outre le programme de traitement, les patients suivent une phase de réhabilitation supervisée par une infirmière ergothérapeute de la santé publique. Durant cette phase, on enseigne aux toxicomanes des métiers et des activités qui leur permettront d'intégrer le monde du travail une fois guéris de leurs addictions. Intervient ensuite l'assistance sociale qui leur simplifie les nombreusesdémarches administratives et veille à ce qu'ils soient recrutés dans des  environnements professionnels qui facilitent leur intégration. Pris en charge par le centre, Salim, 27 ans, originaire de Chlef, souffrait d'une addiction aux drogues depuis 2018, suite à un traumatisme psychologique dû à une bagarre avec l'un de ses pairs et à son emprisonnement pendant six mois, alors qu'il était étudiant universitaire et menait une vie normale. L'histoire de la lutte de ce jeune homme contre l'addiction a commencé, en solo, lorsqu'il s'est abstenu, de son propre gré, de consommer des drogues pendant une année entière, avant de rechuter une première fois, et recommencer à prendre des comprimés hallucinogènes, ce qui l'a décidé à contacter le centre pour bénéficier d'un accompagnement dans sa quête de désintoxication. Malgré un deuxième échec dans le processus de traitement de Salim, sa forte volonté l'a motivé à suivre un programme de réduction progressive du nombre des cigarettes qu'il fumait et de la quantité de boissons alcoolisées qu'il absorbait, pour arriver finalement à zéro dose. Par la suite, il a suivi des séances psychologiques qui ont abouti à sa victoire sur la dépendance et au rétablissement de sa vie normale, selon le médecin spécialiste, Dr Chenaoui. Outre les cas d'addictions aux drogues et aux boissons alcoolisées, le CISA prend en charge les personnes souffrant d'addiction aux écrans, à la nourriture, aux jeux électroniques, aux achats compulsifs, et toutes autres formes de comportement nocif, même la boulimie. Les responsables du CISA insistent sur l'importance de l'intensification du travail de sensibilisation et de conscientisation ciblant toutes les tranches d'âge, avec la participation de divers acteurs, notamment les associations et les clubs de jeunes, pour lutter cotre toutes les addictions malsaines. A noter que dans le cadre de la semaine nationale de prévention, l'EPSP de Ouled Fares a organisé des portes ouvertes sur le CISA qui ont attiré un grand nombre de visiteurs qui ont reçu des explications détaillées sur les différentes missions du centre et des soins qu'il assure. En parallèle, des opérations de sensibilisation sur la prévention sont organisées à l'université, dans des auberges de jeunes et à travers des centres de formation professionnelle.
  • Dessalement d’eau de mer: les travaux de raccordement de "Fouka 2" et "Cap Djinet" achevés avant fin 2024 - 20 avril 2024
    BOUMERDES - Les travaux de raccordement des stations de dessalement d’eau de mer (SDEM) Fouka2 (wilaya de Tipasa) et Cap Djinet (wilaya de Boumerdes) au réseau d’eau potable doivent être achevés avant fin 2024, a indiqué samedi à Boumerdès le ministre de l’hydraulique, Taha Derbal. Lors d’une visite de suivi des travaux de raccordement des SDEM de Fouka2 et Cap Djinet, le ministre s’est félicité du niveau d’avancement des deux projets avec des capacités algériennes, avant d’instruire les maitres d’œuvre à maintenir la cadence de travail afin d’achever les travaux de raccordement des deux stations au réseau pour que "l’eau potable parvienne au citoyen à la fin de l’année 2024", via ces deux SDEM. Cette visite a débuté au niveau du projet du complexe "Sahel" à Sidi Abdellah (Alger), composé de deux réservoirs où le ministre, accompagné du wali de Tipasa, Aboubakr Seddik Boucetta, et du wali délégué de Sidi Abdallah, Djamel Abdel-Moumen Ben Hadou, a appelé les différentes entreprises impliquées à œuvrer pour "exploiter au maximum" les ressources hydriques qui seront disponibles lors de la mise en service de la station, et ce, en réalisant les infrastructures aux normes établies. Ces structures raccordées à la SDEM d’une capacité de 300.000 m3/j, doivent permettre d’éliminer les problématiques d'alimentation en eau potable dans les wilayas de Tipaza, Alger et Blida, selon M. Derbal. Ce projet de raccordement de la station de dessalement d'eau de mer Fouka 2 vise à renforcer et à sécuriser l'alimentation en eau potable de 17 communes de l'ouest de la wilaya d'Alger avec une capacité de 200.000 M3/j, ainsi que 9 communes de l'est de la wilaya de Blida à hauteur de 100.000 M3/j. Le raccordement comporte une première phase devant raccorder la SDEM au complexe "Sahel", composé de deux réservoirs de 25.000 m3, via des conduites de 12,2 km pour un montant de 6,5 milliards de dinars (DA). La deuxième phase consiste à relier le complexe "Sahel" à la wilaya de Blida via un tronçon vers la commune de Hsainia (Blida Est), puis un second tronçon entre Hsainia et Meftah (Blida Est) pour un total de 10 milliards DA. Par ailleurs, accompagné de la wali de Boumerdès, Mme Fouzia Naama, le ministre a effectué une visite d’inspection au niveau du projet de raccordement en aval de la SDEM de Cap Djinet, d’une capacité de 300.000 m3/j également. M. Derbal a appelé les responsables de ce projet à effectuer l’ensemble des essais nécessaires à ce type de structure avant sa finalisation dans les délais impartis. Il les a également instruit de renforcer les processus de formation des cadres avant le terme des travaux pour une gestion efficiente et optimale des nouvelles infrastructures. A noter que ce projet comprend la réalisation du transfert à partir de la SDEM vers le réservoir H'Madna d’une capacité de 50.000 m3 pour un montant de 5,3 milliards DA, le raccordement de la station de traitement et d’épuration (STEP) à partir du réservoir H’Madna pour 6,1 milliards DA ainsi que le raccordement d’un deuxième réservoir « El Gheicha » avec une capacité de 50.000 m3 pour 3,5 milliards DA.      
  • Le ministre de la Santé insiste sur la "transparence" et la "rigueur" dans l'élaboration du cahier des charges concernant les équipements médicaux - 23 avril 2024
    ALGER - Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, a souligné, mardi à Alger, l'impératif pour les gérants dans le domaine des marchés publics de tenir compte du principe de "transparence et de rigueur" lors de l'élaboration du cahier des charges concernant les équipements médicaux, et de le réguler dès les premières étapes, pour éviter le recours à la réévaluation qui a été enregistré plus d'une fois. Présidant l'ouverture de deux journées d'études sur l'"examen des lois sur les nouvelles transactions, dans son volet relatif au cahier des charges concernant les équipements médicaux", et "le dossier médical électronique", M. Saihi a souligné lors de son allocution d'ouverture "l'impératif de tenir compte du principe de transparence et de rigueur par les gestionnaires dans le domaine des marchés publics à travers la bonne élaboration du cahier des charges, afin d'éviter le recours à l'étape de la réévaluation qui a été enregistré plus d'une fois, tout en veillant au respect de toutes les conditions et les normes requises lors de son élaboration et lors de l'étape d'octroi des marchés". Le ministre a également affirmé que "les gérants de certains établissements médicaux, et notamment les directeurs des établissements hospitaliers (EH) et les directeurs généraux des centres hospitaliers (CH), sont appelés à superviser directement ces opérations", relevant que cette opération "est à même de contribuer à l'aboutissement des marchés publics et par conséquent la réussite du secteur de la Santé de manière générale".  Concernant le dossier électronique du patient, le ministre a affirmé "les résultats positifs réalisés dans ce domaine, à travers l'adoption du système de numérisation, notamment au niveau des services des urgences de manière à permettre au patient d'accéder aux différents services médicaux en peu de temps", exprimant "la grande et pleine confiance placée en tous les gérants pour concourir à la réussite de l'opération de numérisation au niveau de tous les établissements de santé". M. Saihi a rappelé, dans ce sens, que "le développement du service public demeure l'une des principales questions à réaliser, d'autant qu'il compte parmi les principaux engagements du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, dont la réalisation exige la disponibilité des ressources financières nécessaires, à travers l'affectation d'un budget considérable et la mobilisation des meilleures compétences dans le secteur de la santé". De son côté, la directrice de la formation au ministère de la Santé, Linda Khoualed, a souligné que le nombre de participants à ces journées a été estimé à 180 participants en présentiel et plus de 1000 autres à distance. Le programme de cette session, scindé en trois ateliers, porte sur "la définition des exigences pour déterminer les besoins et indicateurs adoptés", "l'élaboration d'un cahier de charges sur la construction et les travaux d'aménagement" et "l'élaboration d'un cahier de charges sur les équipements médicaux".
  • Sidi Bel Abbes : transformer le théâtre universitaire en un produit commercialisable - 23 avril 2024
    SIDI BEL ABBES - Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Baddari, a mis l'accent, mardi à Sidi Bel Abbes, sur l'importance de faire du théâtre universitaire "un outil pour transformer les idées innovantes des étudiants en produits commercialisables". Dans une déclaration à la presse en marge de sa visite de travail dans la wilaya pour superviser la clôture de la 14ème édition du Festival du théâtre universitaire "Mahieddine Bouzid ", le ministre a indiqué qu' " il existe des indices qui montrent que le théâtre universitaire deviendra un outil pour servir la culture et transformer les idées innovantes des étudiants en produits commercialisables où le marché rencontre l'art et la culture, à travers le théâtre universitaire". M. Baddari a ajouté que "ce que nous avons vu, aujourd'hui au théâtre de l'Université de Sidi Bel Abbes, représente un terrain fertile pour la solidarité nationale et la tolérance, pour la transmission des cultures de la société algérienne d'une génération à l'autre, pour construire une Algérie nouvelle et s'ouvrir à l'environnement économique et social, à travers plusieurs activités, qu'elles soient scientifiques ou artistiques". Il a ajouté que "le théâtre est devenu une réalité dans le milieu universitaire algérien et les capacités théâtrales et artistiques que nous connaissons, aujourd'hui, sont la meilleure preuve des grands progrès réalisés dans les domaines artistiques, créatifs et culturels à l'université". Le ministre a souligné que dans le cadre de la convention paraphée avec le ministère de la Culture et des Arts, 115 ateliers d'enseignement et de pratique de théâtre seront ouverts au niveau de toutes les universités du pays, en vue d'accompagner les énergies juvéniles et donner aux étudiants l'occasion de mettre en exergue leurs talents, énergies créatives et innovantes sur la scène culturelle. Le ministre a souligné que "conformément au 41ème engagement du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, l'Université algérienne représente la locomotive dans le domaine innovant, créatif, scientifique, technologique, artistique et humain, ce qui la place à un endroit de savoir et de créativité ". M. Baddari a entamé sa visite au niveau du campus universitaire de l'université "Djillali Liabes" de Sidi Bel Abbes, où il a visité le chapiteau des représentations des établissements universitaires, l'exposition organisée au hall de la bibliothèque, comportant des stands des universités, à l'instar de thèses de doctorat, des ouvrages d'universitaires sur le théâtre, outre des tableaux d'art et de sculpture produits par des étudiants des départements de l'université et ses contributions dans l'animation culturelle et artistique. Il a aussi inspecté les clubs du théâtre universitaire et a assisté aux ateliers d'interprétation et d'écriture dramatique au niveau de la bibliothèque. Le ministre de l'Enseignement supérieur et la Recherche scientifique présidera, mardi soir, la cérémonie de clôture de la 14ème édition du Festival national du théâtre universitaire " Mahieddine Bouzid " où les dix troupes participantes seront honorées, en assistant à la représentation théâtrale primée du prix de la meilleure représentation complète et devra aussi honorer la famille de l'artiste le défunt Mahieddine Bouzid, le jury et les encadreurs des ateliers.
  • Adapter les offres de formation doctorale aux exigences du secteur socio-économique et social - 23 avril 2024
    ALGER - Le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique œuvre à adapter les offres de formation doctorale aux exigences du secteur socio-économique, tout en adressant des orientations dans ce sens, aux différents établissements placés sous sa tutelle, en prévision du lancement des offres de formation doctorale, a indiqué lundi un communiqué du ministère. "Le ministère a organisé des rencontres d'évaluation durant la période allant du 11 au 20 février, dédiées aux préparatifs des formations doctorales dans le cadre de la démarche du secteur visant à rationaliser le lancement des offres de formation, notamment en termes de nombre de postes et de filières", précise la même source. Ces rencontres, qui ont eu lieu au siège du ministère, tendaient à "adapter les offres de formation doctorale aux exigences réelles des établissements d'enseignement supérieur et de recherche scientifique, en termes de potentiels humain et matériel, d'une part, et des besoins du secteur économique et social, d'autre part". Pour ce faire, le ministère a adressé aux directeurs des établissements d'enseignement supérieur une série d'orientations soulignant la nécessité de "conclure des accords de partenariat avec différentes institutions du secteur socio-économique, les instances et les administrations publiques désirant participer aux offres de formation, afin de renforcer le partenariat en matière de recherche entre l'Université et son environnement, en précisant la nature de ce partenariat, notamment en termes de contribution au financement des projets de recherche et d'opportunités de stages et de recrutement des doctorants". L'accent a, également, été mis sur l'impératif de "définir un cadre de coopération et de coordination avec les établissements de la recherche scientifique lors de la préparation et de la mise en œuvre des offres de formation doctorale, en associant les chercheurs permanents à l'encadrement des étudiants doctorants en leurs permettant de bénéficier des équipements scientifiques qualifiants", outre la "définition, au préalable, des thèmes de recherche en coordination entre les enseignants et chercheurs encadrants et les instances scientifiques qualifiées". Les orientations comprenaient -selon la même source-" la mise en place d'une feuille de route au niveau des établissements universitaires pour l'accompagnement des étudiants inscrits régulièrement en doctorat, pour leur permettre de soutenir leurs thèses dans les délais impartis", ainsi que "l'établissement d'une deuxième feuille de route au niveau de chaque établissement universitaire pour l'accompagnement des étudiants doctorants retardataires, afin qu'ils puissent soutenir leurs thèses dans les plus brefs délais, sous peine d'application des dispositions prévues par la lois dans ce cas de figure".
  • Digital African Summit: 80% de la population algérienne a accès à internet - 23 avril 2024
    ALGER - Le ministre de la Poste et des Télécommunications, Karim Bibi Triki, a affirmé mardi à Alger, que 80% de la population en Algérie a accès à internet, mettant en exergue les avancées enregistrées en matière de numérisation et de digitalisation des services. A l'occasion de la tenue du Digital African Summit, au palais de la Culture Moufdi Zakaria à Alger, M. Bibi Triki a souligné les "grands pas réalisés par l'Algérie dans le domaine de la numérisation et la transformation digitale, précisant que 80% de la population algérienne a accès à internet". Il a ajouté que "la modernisation des services de la poste et la digitalisation des autres secteurs avancent à grands pas", assurant que l'Algérie est "prête" à mettre tout son savoir faire dans ce domaine au service des pays africains . Le ministre de l'Economie de la connaissance, des Startups et des Micro-entreprises, Yacine El-Mahdi Oualid, a rappelé de son côté, les mesures incitatives, notamment financières, décidées par l'Algérie pour encourager les jeunes à réaliser leur propres entreprises, les exhortant toutefois, à se diriger vers le marché digital africain. Présent à cet évènement, le président du Conseil d'administration de l'Union postal universel, M. Isaac Gnamba Yao, a "félicité" l'Algérie pour les avancées réalisées dans le domaine de la numérisation et la digitalisation. Il est à noter que le Digital African Summit réunit simultanément aussi deux autres évènements technologiques à savoir l'ICT Maghreb et le salon des télécoms (ALVTIC), en présence de plus de 100 délégués de divers pays africains ainsi qu'une centaine d'entreprises et startups. Selon les organisateurs, la convergence de ces trois événements qui se dérouleront du 23 au 25 avril, marque un tournant majeur dans la coopération technologique Sud-Sud et la promotion de l'innovation en Afrique. Le programme du Digital African Summit comporte des thèmes tels que l’infrastructure technologique, la cybersécurité, l'intelligence artificielle, la santé digitale et les fintechs.  
  • L'amphithéâtre du ministère de la Santé baptisé du nom du défunt moudjahid Pierre Chaulet - 23 avril 2024
    ALGER - Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi a baptisé, lundi à Alger, l'amphithéâtre du ministère du nom du moudjahid Pierre Chaulet, en hommage à sa mémoire et à en reconnaissance de son apport pour la formation de plusieurs générations de médecins, indique un communiqué du ministère. Cette initiative "se veut un hommage à la mémoire du défunt moudjahid Pierre Chaulet et une reconnaissance des sacrifices qu'il a consentis, lui qui a voué sa vie à l'Algérie, après avoir rejoint tôt les rangs de la Guerre de libération dans la wilaya IV historique et participé à la Révolution en tant que moudjahid et défenseur de la cause algérienne juste", précise le communiqué. La même source a évoqué les qualités du professeur Chaulet qui a choisi de "rester dans notre pays et participer avec ses frères algériens à l'édification de notre patrie, où il a beaucoup contribué, après l'indépendance, à la formation de générations de médecins généralistes et spécialistes, ainsi qu'à la création et au développement du service de pneumologie au Centre universitaire de Beni Messous", note le communiqué. Le défunt moudjahid a contribué également à "la mise en œuvre du programme de lutte contre la tuberculose, outre sa participation active aux différents séminaires, rencontres et ateliers sur le développement du secteur de la santé en Algérie".
  • Plateforme numérique pour une meilleure gestion des pharmacies d'officine - 22 avril 2024
    ALGER - Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, a affirmé, lundi à Alger, que la plateforme numérique de gestion des pharmacies d'officine conférerait davantage de transparence et d'efficacité à leur gestion, ce qui permettra de contrôler la traçabilité des médicaments et d'anticiper les pénuries en produits pharmaceutiques. Dans une allocution d'ouverture des travaux de la 17e conférence nationale du Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (SNAPO), consacrée au thème du "rôle du pharmacien dans la prise en charge des patients atteints de cancer et de maladies chroniques", M. Saihi a précisé que cette plateforme instituera "un nouveau mode moderne, efficace et transparent, de gestion de tous les aspects relatifs aux pharmacies d'officine, et contribuera à la prévention contre l'automédication et au contrôle de la traçabilité des médicaments psychotropes, en plus d'anticiper les pénuries et les ruptures de stocks des produits pharmaceutiques". Cette plateforme "a pris en compte tous les aspects relatifs à la gestion des pharmacies d'officine, en matière de stock de médicaments, de fournitures médicales vendues au niveau des pharmacies, de recensement des quantités d'antibiotiques et de psychotropes consommées, et de numération de leur traçabilité", a-t-il relevé, ajoutant que ce même projet a pris en charge "la numérisation des procédures administratives d'installation, d'ouverture et de transfert de pharmacies d'officine et leur fermeture". Par la même occasion, le ministre a salué les efforts des pharmaciens qui veillent à servir les malades et à faciliter leur accès aux soins, notamment dans les régions isolées, les appelant à "renforcer leur rôle dans les programmes de prévention et de sensibilisation des citoyens, notamment en matière de cancer". A son tour, le ministre de l'Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, s'est félicité de la position du SNAPO, contre "les campagnes acharnées" qui ont ciblé les médicaments de production locale, soulignant que l'objectif de ces campagnes "est de soumettre l'Algérie à la merci de l'importation". Il a, à cet égard, souligné que pour la première fois, et grâce à l'entrée en production de certaines usines, aucune pénurie d'insuline n'a été enregistrée durant le mois de Ramadhan", réitérant " l'engagement de l'Etat à œuvrer pour répondre aux besoins des patients en médicaments par un produit local". Pour sa part, le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Tayeb Zitouni, a affirmé la disponibilité de son secteur à s'engager dans les efforts nationaux visant à "maîtriser et organiser le marché du médicament et à protéger le produit national, ainsi qu'à actualiser le contenu des activités des pharmaciens conformément à la loi sur la santé". A également assisté à la conférence, le vice-président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Moundir Bouden, qui a souligné les responsabilités incombant aux pharmaciens, "appelés à être au diapason des derniers développements afin d'offrir les meilleurs services de santé aux patients". De son côté, le président du Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (SNAPO), Karim Merghemi, a salué les efforts des autorités publiques visant à améliorer la prise en charge des patients, notamment les cancéreux et les malades chroniques. Parmi les propositions formulées par le SNAPO, selon son président, figurent "l'accélération de l'adoption de textes d'application relatifs à la profession de pharmacien, la révision du décret exécutif fixant les marges bénéficiaires des médicaments destinés à la médecine humaine". Le syndicat a également proposé "l'inscription de 30 médicaments anticancéreux à la commercialisation dans les pharmacies d'officine, après que leur commercialisation eut été réservée aux pharmacies des hôpitaux".
  • Le retrait des convocations pour les examens du BEM et du baccalauréat "dès le début du mois de mai prochain" - 22 avril 2024
    M’SILA - Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belaabed, a indiqué, lundi à M’sila, que son département ministériel a fixé au "début du mois de mai prochain" le retrait, par les candidats, de leurs convocations pour les examens du Brevet de l’enseignement moyen (BEM) et du baccalauréat 2024. M. Belaabed a précisé que les convocations pourront être retirées "dès le dimanche 5 mai" pour l’examen du BEM et "à partir du jeudi 9 mai" pour les épreuves du baccalauréat. Les candidats inscrits dans des collèges d’enseignement moyen (CEM) et les lycées "pourront retirer leur convocation au niveau de l’établissement où ils suivent leurs cours, ou l’obtenir via le site web de l’Office national des examens et concours (ONEC), ce dernier étant également accessible aux candidats libres qui pourront y retirer leur convocation", a déclaré le ministre qui effectuait une visite de travail dans la wilaya de M’sila. M. Belaabed a souligné, dans ce contexte que ce dispositif restera opérationnel jusqu’à la fin des épreuves, "afin de permettre aux candidats de retirer le document leur donnant le droit d’accéder aux centres d’examen en cas de perte ou de non-retrait de leur convocation pour une raison ou une autre". Le ministre de l’Education nationale a également ajouté que toutes les conditions ont été "réunies pour assurer la réussite des examens officiels de cette année scolaire, par la mise en œuvre du programme d’enseignement mené à bien grâce aux efforts du corps enseignant et des effectifs d’encadrement". Il a aussi indiqué que toutes les procédures précédemment arrêtées étaient "maintenues", notamment en ce qui concerne l’octroi, à tous les candidats, d’une demi-heure supplémentaire, sur le temps légal imparti à chaque épreuve, pour leur permettre de choisir "sans pression" le sujet qu’ils devront traiter. Dans un autre contexte, M. Belaabed a fait savoir que 657 nouveaux établissements scolaires seront opérationnels à l’échelle nationale "dès la rentrée 2024-2025, en l’occurrence 381 écoles primaires, 179 CEM et 97 lycées". Le ministre a déclaré que ces établissements, destinés à soutenir le secteur de l’éducation nationale à travers le pays, "contribueront à réduire la surcharge des classes et à l’éliminer progressivement". Il a ajouté, à cet égard, que le règlement du problème de la surcharge "ne nécessite pas simplement la construction de nouveaux établissements", mais exige aussi la prise de "mesures organisationnelles" sur lesquelles travaille son département ministériel, que ce soit au niveau de la carte scolaire ou des dispositions liées à l’âge des élèves. Le ministre de l’Education nationale avait entamé sa visite dans la wilaya de M’sila en présidant l’inauguration d’un lycée et d’un CEM à la cité des "1.050 logements", et d’une école primaire à la cité des "1.200 logements", au chef-lieu de wilaya, avant d’inspecter et d’inaugurer, ensuite, plusieurs établissements scolaires dans les communes de Barhoum, de Bou Saâda, de Sidi Amer et de Sidi Aïssa.
  • Le mésusage des plantes médicinales peut-être dangereux pour la santé - 22 avril 2024
    TIZI-OUZOU - Le mésusage des plantes dans le cadre de la phytothérapie ou pour la consommation, comporte des risques sur la santé humaine et peut entraîner la mort, a mis en garde Dr. Warda Issad du CHU Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou. Rencontrée à la maison de la culture Mouloud Mammeri, à l’occasion de la Semaine nationale de prévention (15/21 avril), Dr Issad, résidente en toxicologie, a indiqué à l’APS que l’utilisation, sans maîtrise des dosages, de composition et du mode d’administration et de la partie à utiliser (feuilles, rhizome, fruit?...) des plantes médicinales, comestibles, aromatiques ou autres, peut s’avérer dangereuse pour la personne. Certaines plantes contiennent des principes actifs puissants qui peuvent, en cas de surdosage ou de non-respect du mode d’administration, entrainer des troubles digestifs tels les vomissements, les diarrhées? ?ainsi que l'avortement, la perturbation de la glycémie, le coma, le trouble cardiaque et parfois le décès, a-t-elle averti. Cueillir une plante dans la nature ou acheter une préparation sans connaître sa composition, mais juste pour ses propriétés thérapeutiques "miraculeuses" vantées notamment sur les réseaux sociaux et souvent par des non-spécialistes comme c’est à la mode ces derniers temps, n’est donc pas un geste anodin, a-t-elle prévenu. Outre le mésusage de la plante, il peut aussi y avoir un problème d’identification, du fait que certaines plantes toxiques ressemblent beaucoup à d’autres comestibles, comme c’est le cas pour les champignons que seul un œil connaisseur peut différencier. Afin d’éviter tout risque lié à la phytothérapie, Dr. Issad a conseillé aux citoyens qui souhaitent utiliser des plantes, champignons ou huiles essentielles, de demander l’avis d’un spécialiste, particulièrement le pharmacien. Pour rappel, en octobre dernier, Pr. Mohand-Akli Boubchir, chef de service néphrologie au CHU de Tizi-Ouzou, qui s’exprimait à l’occasion d’une Journée sur la néphrologie, avait mis en garde contre le mésusage des plantes. Il avait souligné que le recours à la médecine traditionnelle, par la prise non contrôlée de certaines plantes médicinales en vente libre chez les herboristes, peut conduire à une insuffisance rénale, ajoutant que certaines plantes possèdent de principes actifs trop puissants qui peuvent même causer le décès.   Ces plantes toxiques si communes   Une affiche sur l’intoxication par les plantes, exposée par Dr. Issad et ses collègues du laboratoire de toxicologie du CHU Nedir Mohamed, dans le cadre de la Semaine nationale de prévention, a fait cas des plantes toxiques les plus communes, qu’on retrouve facilement dans la nature ou qui sont utilisées pour décorer les intérieurs. Il s’agit du chardon à glu (Addad en Tamazight ou Chouk El îlk en arabe) qui peut causer des troubles digestifs (nausées, vomissements et diarrhées), jaunisse, perturbation de la glycémie, toxicité hépatique, coma et décès. Le laurier rose (Illili ou Defla) entraine l’irritation des muqueuses, hypersalivation, nausées, diarrhées et vomissements, douleurs abdominales et troubles cardiaques graves. Idem pour la Dieffenbachia (Bgouga en arabe) plante ornementale présente dans beaucoup de maisons, bureaux, administrations et autres espaces recevant du public, appréciée pour son beau feuillage tacheté en vert et jaune, mais qui est toxique. Elle peut causer des brulures, des œdèmes de la langue et des muqueuses, des difficultés respiratoires en plus de nausées, diarrhées et vomissements. L’affiche comporte aussi les photos d’autres plantes toxiques communes, dont le ricin, Datura ou herbe du diable à grandes fleurs blanches, clématite, Ciguë, coloquinte et Zygophyllum. En cas d’intoxication par une plante, graine ou champignon, le premier geste à faire est d’appeler, en urgence, le Centre antipoison (CAP) au 023 16 38 50 ou le Centre national de toxicologie au 023 36 77 77, a rappelé Dr. Issad.  
  • Les statuts des corps médical et paramédical permettront au secteur de recouvrer sa place pionnière - 22 avril 2024
    ALGER - Le ministre de la santé, Abdelhak Saihi a affirmé lundi à Alger, que les statuts des corps médical et paramédical permettront au secteur de recouvrer sa place pionnière. Invité de la Chaîne 1 de la Radio nationale, M. Saihi a affirmé que "ces statuts constitueront un nouveau tournant dans le secteur de la santé qui recouvrera sa place pionnière", ajoutant que la valorisation de la carrière de chaque employé du secteur de la santé, en fonction de son poste et de son activité "figure dans l'une des clauses des statuts, dans le cadre des mesures incitatives prises à cet effet". Par ailleurs, le ministre a souligné que la couverture sanitaire a connu "une évolution remarquable" depuis 2021, affirmant que "toutes les communes du pays ont bénéficié de structures sanitaires dont le nombre global a atteint 603 établissements de santé". Afin d'assurer une plus large couverture sanitaire dans les régions du sud et les zones reculées, M. Saihi a cité une mesure préventive actuellement en vigueur, à savoir les "pôles de santé". Il s'agit d'activités ciblées visant à aboutir à la mise en place d'un service à part entière dans les régions du sud et les Hauts Plateaux. Le ministre a rappelé le pôle sanitaire spécialisé en gynécologie obstétrique dans la wilaya d'Adrar, soulignant que "des efforts sont actuellement en cours pour la création de pôles sanitaires spécialisés dans d'autres spécialités dans les wilayas d'El Bayadh, Ghardaïa, El Oued et autres". Il a affirmé, en outre, la création d'un centre hospitalo-universitaire (CHU) dans la wilaya de Tamanrasset, regroupant toutes les spécialités, en coopération avec le ministère de la Défense nationale.  Citant un taux de numérisation de plus de 90% dans le secteur, M. Saihi s'est félicité de l'adoption du dossier électronique du patient qui a permis d'économiser les frais du papier. Dans le cadre de la lutte contre le cancer et par souci de rapprocher les services sanitaires du citoyen, le ministre a rappelé la création d'unités au niveau des hôpitaux pour accompagner les malades et leur assurer tous les soins nécessaires y compris la chimiothérapie.
  • Le Président de la République ordonne un examen approfondi des statuts des corps médical et paramédical - 21 avril 2024
    ALGER - Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a enjoint au Gouvernement, dimanche lors du Conseil des ministres qu'il a présidé, de procéder à un examen approfondi des statuts des corps médical et paramédical. Il a, également, souligné l'impératif de valoriser la place de cette catégorie, de par son rôle dans la préservation de la sécurité sanitaire nationale.

À propos d'Algérie Presse Service - APS

L'Agence algérienne de presse est à la source de l'événement et couvre le cours de l'actualité de quatre directions régionales (Blida, Ouargla, Constantine et Oran) à travers le territoire national, qui coordonne les activités de quarante-sept (47) bureaux de l'Etat. Quant à l'étranger, les bureaux sont représentés dans douze capitales (Paris - Bruxelles - Londres - Rome - Madrid - Moscou - Amman - Le Caire - Dakar - Tunis - Rabat - Washington).

L'Agence de presse algérienne a été créée le 1er décembre 1961 en Tunisie, pendant la guerre de libération nationale, afin d'être le porte-parole de la révolution algérienne sur la scène médiatique internationale. Naturellement, son siège a déménagé en Algérie après l'indépendance. Le 20 avril 1991, elle a été transformée en établissement public à caractère économique et commercial, et elle a commencé à exercer sa mission de service public en développant la production d'informations générales et spécialisées à caractère politique, économique, culturel et social, notamment pour définir les événements, les actions et les réalisations de l'Algérie. À cet égard, l'agence «recueille, traite et diffuse tous les événements, actualités, commentaires d'actualité ou références documentaires écrites ou photographiées qui constituent la base d'une information objective, dans le respect des règles d'éthique et des exigences du service public».

Équipes de journalistes et photographes de l'Agence de presse algérienne

Il comprend 500 travailleurs et recrute au moins 300 journalistes, photographes et traducteurs, chargés de couvrir les événements à temps, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, car ils obtiennent des informations de sa première source et fournissent à divers médias des nouvelles, des dialogues, des analyses et des points de vue. sur tous les sujets d'intérêt local, national ou international. Chaque direction régionale dispose de sa propre équipe de journalistes et de photographes chargés de couvrir les événements nationaux à travers les différents états du pays.
Les intérêts de l'APS

APS diffuse environ 600 câbles médiatiques par jour en trois langues (arabe, français et anglais). Il comprend également la couverture la plus large possible dans le traitement de l'actualité générale, que ce soit au niveau national ou international. Le Département de la photographie, rétabli en 1998, propose des reportages sur divers domaines politiques, culturels et sportifs, que ce soit au niveau national ou international, et les photos sont mises en ligne sur Internet via le site.

L'agence fournit également des services spécialisés lors des grands événements organisés par l'Algérie, tels que le Sommet de la Ligue arabe, les 9èmes Jeux africains en Algérie, le deuxième Festival culturel africain, etc.

Concernant les services de textes et de photographies destinés à divers utilisateurs (médias, institutions et commerçants économiques), il est disponible sur un site Internet en trois langues (arabe, français et anglais), à étendre aux services audio et vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *